La renaissance (1530-1630)

En 1501, à Venise, l'imprimeur Ottavio Petrucci (1466?-1539) innove en introduisant dans l'imprimerie le procédé typographique. La page est imprimée en trois temps : d'abord les portées, ensuite les notes et enfin le texte et la pagination. Ce nouveau procédé remplace les anciennes techniques : copie manuscrite, impression à partir d'une matrice unique en bois ou en métal. Le très riche répertoire du luth est alors abondamment publié.

En 1536, soit un siècle après l'apparition de l'imprimerie en Europe, don Luys Milán, gentilhomme attaché à la cour du roi du Portugal et des Îles, publie à Valence le "Libro de musica de vihuela de mano Entitulado El maestro", ce recueil de musique contient des pièces instrumentales pour vihuela, ainsi que des chansons avec accompagnement de vihuela. Deux ans plus tard, en 1538, Luys de Narváez édite à Valladolid "Los seys libros del Delphin de musica" qui inaugurent en Espagne l'exercice des variations sur un thème. En 1546, "Tres libros de musica en cifra para vihuela" d'Alonso Mudarra paraissent à Séville. Dans le troisième livre sont publiées pour la première fois de petites pièces écrites pour la guitare renaissance (guiterne), alors dotée de trois choeurs et d'une chanterelle.

Au cours du seizième siécle, une vingtaine de livres pour guiterne seront publiés, principalement à Paris. En 1550 Michel Fezandat obtient le privilège pour imprimer de la musique pendant 6 ans. Il s'associe à Robert Granjon et installe ses presses au Mont Saint Hylaire à Paris. Michel Fezandat publiera Guillaume Morlaye et Simon Gorlier. En 1551, Adrian Le Roy s'associe à son cousin Robert Ballard. Tous deux fondent une importante maison d'édition bénéficiant du nécessaire privilège royal pour 9 ans. De 1551 à 1556, Adrian Le Roy et Robert Ballard, installés rue Saint-Jean-de-Beauvais, publient 5 livres de tablatures de guitare.

En Espagne, vers 1570, le registre grave de la guitare est augmenté par l'adjonction d'une cinquième corde. Cette addition de cordes, ainsi que le dos plat, qui sera définitivement adopté dès 1650, vont faire qualifier l'instrument de "guitare espagnole".

 

La musique baroque (1600-1750)

En 1674, l'espagnol Gaspar Sanz publie son "Instruccion de musica sobre la guitarra española".

En France, Francesco Corbetta imprime à Paris en 1670 "la Guitarre Royalle".

Successeur de Francesco Corbetta, comme musicien à la cour de France, Robert de Visée fait éditer à Paris en 1682 son "Livre de guittarre dédié au Roy".

François Campion est nommé en 1703 par Louis XIV professeur de théorbe et de guitare à l'Académie Royale de Paris. Il publie de "Nouvelles Découvertes sur la guitare" à Paris en 1705 ainsi qu'un traité d'accompagnement où apparaissent les premières fugues composées pour guitare.

En 1692 l'italien, Ludovico Roncalli, fait paraître un recueil de musique de guitare.

D'autre part, les oeuvres pour luth baroque de Johann Sebastien Bach et Sylvius Léopold Weiss ainsi que les nombreuses sonates pour clavecin de Domenico Scarlatti s'adaptent merveilleusement bien à la guitare classique.

 

La période classique (1750-1830)

A cette époque les guitaristes italiens voyagent à travers toute l'Europe. Paris, Vienne et Londres accueillent tour à tour ces musiciens.

De 1800 à 1820, le virtuose italien Mauro Giuliani (1780-1840), compose à Vienne les premiers concertos pour guitare et orchestre. La capitale Autrichienne compte aussi d'excellents guitaristes tels que Wenzeslaus Matiegka (1773-1830), Anton Diabelli (1781-1858) et Leonhard von Call (1768-1815).

De 1810 à 1840, Paris devint le principal foyer de la guitare. Des virtuoses, comme les Italiens Matteo Carcassi (1792-1853) et Ferdinando Carulli (1770-1841), s'y installent, ainsi que les espagnols Dionisio Aguado (1784-1849) et Fernando Sor (1778-1839).


La musique romantique (1830-1890)

Les guitaristes voyagent en Europe comme en Amérique du Sud.

Entre 1860 et 1910, Barcelone succède à Paris et devient le centre de rayonnement de la guitare. A Barcelone se rencontrent Julián Arcas (1832-1882), José Ferrer y Esteve (1835-1916), Francisco Tárrega (1852-1909), Antonio Jiménez Manjón (1866-1919) et Miguel Llobet (1878-1938).

De 1890 à 1940 Buenos Aires prend le relais grâce à la venue de Antonio Jiménez Manjón et de Miguel Llobet.

 

La musique moderne (1890-1950)

L'Amérique du Sud compte alors des talents tels que : Miguel Llobet (1878-1938), Julio Salvador Sagreras (1879-1942), Joao Guimarães (Pernambuco) (1883-1947), Agustín Barrios Mangoré (1885-1944) et Heitor Villa-Lobos (1887-1959).

Dans les années 1930, l'Espagne redevient le foyer de la guitare. En 1920, Manuel de Falla (1886-1946) est le premier compositeur non guitariste à écrire pour la guitare. Il ouvre la voie à de nombreux compositeurs qui dès lors écrivent pour elle.

Voici une liste d'oeuvres marquantes des années 1900-1950. Quand l'éditeur a un site Internet, un lien vous y mène :

Heitor Villa-Lobos (1887-1959) :
Suite populaire Brésilienne (1912 - 1923). Max Eschig, Paris
Chôros n° 1 (1920). Max Eschig, Paris
12 études(1929). Max Eschig, Paris
5 Préludes (1940). Max Eschig, Paris

Manuel de Falla (1886-1946)
Homenaje a Debussy (1920). J. & W. Chester, London

Albert Roussel (1869-1937)
Segovia opus 29 (1925) Durand, Paris

Emilio Pujol (1886-1980)
Trois morceaux espagnols : Tonadilla, Tango, Guarija (1926?). Max Eschig, Paris

Joaquin Turina (1882-1949)
Sevillana (1923). Columbia Music & Co, Washington
Fandanguillo (1925). Schott's Söhne, Mainz
Rafaga opus 53 (1930). Schott's Söhne, Mainz
Sonata opus 61 (1932). Schott's Söhne, Mainz
Hommage a Tárrega opus 69 (1932). Schott's Söhne, Mainz

Federico Moreno Torroba (1891-1982)
Nocturno (1926?). Schott's Söhne, Mainz
Suite Castellana (1926?). Schott's Söhne, Mainz
Pièces caractéristiques (1931?) . Schott's Söhne, Mainz
Madroños. Associated Music Publishers, USA
Sonatina (1965?). Editorial Cadencia, Madrid
Castillos de España (1970?) . Editorial Cadencia, Madrid

Joaquin Rodrigo (1901-1999)
Zarabanda lejana (1926). Joaquin Rodrigo, Madrid
En los trigales (1938). Joaquin Rodrigo, Madrid
Concierto de Aranjuez (1939). Joaquin Rodrigo, Madrid
Tiento antiguo (1947). Joaquin Rodrigo, Madrid

Manuel Maria Ponce (1882-1948)
Tres canciones popular mexicanas. Schott's Söhne, Mainz
Thème varié et final (1928). Schott's Söhne, Mainz
Sonatina meridional (1932). Schott's Söhne, Mainz
Variations sur Folia de España et Fugue (1932). Schott's Söhne, Mainz
Concerto del Sul ( 1941). Peer international corporation, USA

Franck Martin (1890-1974)
Quatre pièces brèves (1933). Universal Edition, Zürich

Mario Castelnuovo-Tedesco (1895-1968)
Capriccio diabolico opus 85 (1935). Ricordi, Milano
Tarentella opus 87b. Ricordi, Milano
Sonata opus 77. Schott's Söhne, Mainz
Primo Concerto in D opus 99. Schott's Söhne, Mainz

 

La musique contemporaine (de 1950 à nos jours)

Voici une liste d'oeuvres contemporaines pour guitare, quand l'éditeur à un site Internet, un lien vous y mène :

Heitor Villa-Lobos (1887-1959) :
Concerto pour guitare et petit orchestre (1951). Max Eschig, Paris

Joaquin Rodrigo (1901-1999)
Concerto "Fantasía para un gentilhombre" (1954). Schott's Söhne, Mainz
Tres piezas españolas (1954). Schott's Söhne, Mainz
Entre olivares (1956). Joaquin Rodrigo, Madrid
Invocación y danza (1961). Joaquin Rodrigo, Madrid

Maurice Ohana (1914-1992)
Tiento (1955). Billaudot, Paris
Si le jour paraît (1963). Billaudot, Paris

Reginald Smith-Brindle (1917-2003)
El polifemo de oro (1956). Schott, London
Variations "Ile de France" (1980).

Léo Brouwer (1939)
Danza caracteristica (1957). Schott's Söhne, Mainz
Micro piezas pour deux guitares (1958). Max Eschig, Paris
Tres apuntes (1959). Schott's Söhne, Mainz
Elogio de la danza (1964). Schott's Söhne, Mainz
Canticum (1968). Schott's Söhne, Mainz
La espiral Eterna (1971). Schott's Söhne, Mainz
El Decameron negro (1981). Editions Musicales Transatlantiques, Paris

Hans Werner Henze (1926)
Drei tentos "Kammermusik 1958". Schott's Söhne, Mainz

Francis Poulenc (1889-1963)
Sarabande (1960). Ricordi, Milano

Alexandre Tansman (1897-1986)
Danza Pomposa (1961?). Schott's Söhne, Mainz
Suite "in modo polonico (1968). Max Eschig, Paris
Variations sur un thème de Scriabine (1972). Max Eschig, Paris

Federico Monpou (1893-1987)
Suite Compostelana (1962). Salabert, Paris

Stephen Dodgson (1924)
Partita for guitar (1963). Oxford university press, Oxford

Guido Santórsola (1904-1994)
Preludio de la Suite Antigua. Ricordi, São Paulo

André Jolivet (1905-1974)
Deux études de concert (1963). Boosey & Hawkes, London

Vicente Asencio (1908-1979)
Suite de Homenajes : Sonatina, Elegía, Tango de la casada infiel. Schott Frère, Bruxelles

Benjamin Britten (1913-1976)
Nocturnal opus 70. Faber music limited, London

Antonio Lauro (1917-1986)
4 valses vénézuéliennes. Broekmans & van Poppel, Amsterdam

John W. Duarte (1919)
English Suite, Opus 31 (1967?). Editions Novello, England
Sua cosa opus 52 (1972). Edizioni musicali Bèrben, Ancona

William Walton (1902-1983)
Five Bagatelles (1972). Oxford university press, Oxford

Abel Carlevaro (1918-2001)
Campo (n°3 de "Preludios Americanos"). Barry Editorial, Buenos Aires

Antonio Ruiz-Pipo (1934-1997)
Cancion y Danza n°1. Ediciones Musicales, Madrid

Nikita Koshkin (1956)
The Prince's Toys (1980). Gendai Guitar, Tokyo

Astor Piazolla (1921-1992)
Cinco piezas (1981?). Edizioni musicali Bèrben, Ancona

Štěpán Rak (1945)
Temptation of the Renaissance (1984?). Chorus publication, Helsinki

Nuccio d'Angelo (1955)
Due canzoni lidie (1984). Max Eschig, Paris

Roland Dyens (1957)
Saudade n°3 (1980). Editions musicales Hortensia, Paris.
Tango en Skaï (1985). Henry Lemoine, Paris

Toru Takemitsu (1930-1996)
In the woods (1995). Schott Japan