Biographie



Isabel Maria Luisa Anido Gonzalez est née le 26 Janvier 1907 à Moron, Dans la province de Buenos-Aires en Argentine. Elle était la quatrième fille de Juan Carlos Anido et Betilda Gonzalez Rigaud. . A l’age de cinq ans elle commença à étudier la guitare sous la direction de son père. Juan Carlos Anido était un guitariste amateur qui, toujours, soutint et encouragea sa fille et l’influença fortement. Ils constituaient une famille très cultivée. Des poètes, écrivains, musiciens, critiques rendaient souvent visite aux Anido. A cette époque, la guitare était un instrument très à la mode, les interpretes espagnols les plus réputés voyageaient vers l’Argentine, l’Uruguay et le Chili. Miguel Llobet, Emilio Pujol, Josefina Robledo, Domingo Prat, Regino Sainz de la Maza étaient parmi ceux là. C’est pourquoi la personnalité de Maria Luisa Anido se développa et murit bénéficiant de cet environnement artistique et intellectuel. Elle avait l’habitude de qualifier le monde autour d’elle comme étant délicieux. C’est ainsi que la petite “Mimita” comme l’appelait sa famille et ses amis, vécu son enfance dans un monde rempli de musique de mélodies et de sonorités guitaristiques.

Mimita (Maria Luisa Anido)
Mimita (Maria Luisa Anido)

Quand son père estima que Mimita eut besoin d’un autre professeur il la présenta et lui fit suivre l’enseignement de du Guitariste catalan Domingo Prat- le meilleur élève de Francisco Tarrega- qui faisant des tournées en Amérique latine. Prat organisa les tous premiers concerts de cette petite fille de neuf ans. Plus tard elle fit la connaissance d’autres fameux guitaristes de l’école catalane comme Emilio Pujol et Miguel Llobet.

Maria Luisa Anido fit son premier récital en solo à l’age de onze ans, le 7 mai 1918 au “Argentina Hall” à Buenos Aires. C’est dans cette salle que Miguelo Llobet, Regino Sainz de la Maza et Emilio Pujol firent leurs débuts, comme le firent plus tard Andres Segovia, Josephina Robledo, Domingo Prat et Augustin Barrios.

En 1933, après la mort de son père elle interrompit ses tournées à travers l’Argentine, le Brésil et l’Uruguay et se consacra à l’enseignement en cours particuliers. Elle enseigna aussi au conservatoire national de musique de Buenos Aireset à l’institut de musique de l’Université du litoral à Rosario jusqu’en 1950, l’année où sa mère mourut. Pour cette raison, elle confia alors sa chaire d'enseignante à son ancien étudiante et grande amie Fanny Castro.

María Luisa Anido et Cristina Cid
María Luisa Anido et Cristina Cid

Après la mort de sa mère bien-aimée, elle fit une longue pause dans sa carrière. Elle commença à faire des tournées dans le monde en compagnie de Omar Buschiazzo, son imprésario et ami pendant plus de trente ans. Buschiazzo était aussi l’imprésario de Eduardo Falu, Carlos di Fulvio, Julia Elena Davalos et d’autres musiciens distingués.

En 1952 elle fit son premier périple à succs en Europe. L’audience d’une part et les critiques d’autre part louèrent sa technique et sa musicalité profonde et raffinée. A cette occasion elle visita Londres, Innsbruck, Vienne, Paris. Elle Enregistra pour la “Radiodiffusion Francaise” et continua par Milan, Modène, Messine et Parme.

En 1954 elle fit son premier voyage au Japon. Elle donna quinze concerts en quinze jours à Tokyo, Saporo et Hokkaido. Elle se produisit aussi sur la radio japonaise et à la télévision et anima des colloques et des master classes. Le 24 mai, le parlement japonais organisa une réception en son honneur et Yasujiro Tsutsumi, le Président de la chambre des représentants prononça un discour de bienvenue exprimant son admiration pour l’art de Maria Luisa Anido. A cette occasion on lui présenta un diamant vieux de 250 ans et taillé à la main par un membre de la famille Asano.

Un autre repère est son voyage en Russie en 1956 durant lequel elle donna neuf récitals à Moscou, Leningrad et Kiev. Elle donna le premier concert au théâtre Tchaikowsky où le fameux compositeur Dimitri Kabalevsky –présent dans l’audience- donna son opinion sur son art en disant : “dans les mains de Maria Luisa Anido la guitare sonne comme un orchestre complet”…

En 1982 elle fit son premier voyage à Cuba, où elle retourna en 1984 et 1986. En 1987 elle resta deux ans sur l’Ile. Elle fut nommée Professeur à l”Instituto Superior de Arte” de Cuba et reçut un diplome Honoris Causa de l’Université de La Havane. L’année suivante elle fut nommée membre du jury de la compétition internationale organisée par le compositeur chef d’orchestre et guitariste Leo Brouwer.

Des guitaristes distingués et célèbres comme Andres Segovia, Paco de Lucia et son compatriote Atahualpa Yupanqui l’ont louée et admirée.

En 1989 on lui décerna le “Platinium Konex award”.

Maria Luisa Anido a écrit un des plus importants chapitres dans l’histoire de la guitare classique. Avec sa technique avancée elle a ouvert un pont ver le plus haut niveau de la culture universelle – liée à l’acomplissement de cette femme extraordinaire qui était en avance sur son temps.

DELCAMP.NET