Cours D08 : Tárrega, Francisco - Capricho Árabe - Analyse

Les cours de guitare classique sont gratuits. Ils sont destinés à l'amateur isolé qui n'a pas la chance d'avoir un professeur. Demandez votre inscription au groupe élèves pour intégrer la classe.
Règles du forum
Les cours de guitare classique sont gratuits. Ils sont destinés à l'amateur isolé qui n'a pas la chance d'avoir un professeur. Demandez votre inscription au groupe élèves pour intégrer la classe.

PDF, MP3, Vidéos, Cours : Niveau D01 - Niveau D02 - Niveau D03 - Niveau D04 - Niveau D05 - Niveau D06 - Niveau D07 - Niveau D08 - Niveau D09 - Niveau D10 - Niveau D11 - Niveau D12.

IX Catalogues des PDF, MP3 et Video des forums Delcamp.
Avatar de l’utilisateur
Clément Pic
Compositeur
Messages : 1923
Inscription : dim. 22 juillet 2007, 19:33
Localisation : Lille

Cours D08 : Tárrega, Francisco - Capricho Árabe - Analyse

Message par Clément Pic » ven. 21 septembre 2007, 14:37

N.B: Au cours du texte, j'indique parfois "voir tableau" ou "encadré en rose". Pour ces indications, il suffit de se référer aux annexes qui comprennent:
la partition avec quelques annotations d'analyse, doigtée par J.F Delcamp, et les tableaux.

Le capricho Arabe de Tarrega, quelques pistes.

Une première analyse, le Capricho Arabe de Tarrega.
Francisco Tarrega est né en 1852 à Villarreal, en Espagne. Il est mort en 1909.
Le Capricho Arabe est une pièce pour guitare écrite en 1900
Pour plus de commodité, je me baserais sur l’édition du forum (publiée avec les doigtés en niveau 8 )
8_tarrega_capricho_arabe.pdf
. Les numéros de mesures renvoient à cette version.
Il est possible de l'écouter par Pakillo.

L’œuvre est en Ré min., elle est dédicacée à Tomas Breton (1850-1923), un compositeur de zarzuelas comme la Verbena de la Paloma, créée le 17 février 1894 au « teatro Apolo de Madrid »

I. Plan général

« Ouverture ». Mesures 1-12

Elle est à 3/4
Elle se structure en trois segments.
a. mes 1-4
Reprise de a
b. mes 9-12
Introduction du thème. Mesures 13-14
Cette introduction est caractérisée par son rythme « balancé ». Elle installe un rythme harmonique. Premier degré sur la première moitié de la mesure, cinquième sur la seconde moitié. (exemple 1)

Première partie, mesure 15-35

Thème A. Mesures 15-22

Ré min.

Le rythme harmonique, deux accords par mesures, se poursuit. Quelques remarques.
Mes. 17, le sol # est l’altération du 4ème degré. (exemple 2)

A cette même mesure, on reste en ré min., malgré le si bécarre. Il s’agit de la gamme de ré mineur mélodique ascendante.
Mes. 20, on module vers sol min. avec une demi cadence au point d’orgue sur le mi b .

Mes.22, on retrouve le trait de l’introduction, allongé d’un temps supplémentaire. Il était présent mesures 2 et mesure 5.
La présentation du thème se conclue par la reprise du motif d’introduction, mais avec un rythme harmonique qui s’accélère. Un accord par temps au lieu d’un pour deux. Le mi b du troisième temps est l’altération du second degré, fréquente en mineure. Celui-ci est abaissé d’un demi ton. Quand l’accord se présente sous son premier renversement , on l’appelle sixte napolitaine. Cependant, cette accélération du rythme harmonique ne change pas le sens de ce motif, la mesure commence toujours par un premier degré et se conclue par un cinquième. (exemple 3)

Thème B. Mesures 26-32

Ce thème est en fa majeur, le relatif majeur de ré min.
Il reste apparenté au thème A par sa tête. Nous reviendrons sur ce point tout à l’heure.
Quelques remarques :
Le motif qui commence à la deuxième moitié de la mesure 27 et se termine à la première moitié de la mesure 29 est immédiatement reproduit à la quarte inférieure, on appelle cela unemarche harmonique.
(Exemple 4)

Transition. Mesures 32-35.

Le morceau reste sur une pédale de dominante de ré. La guitare joue des arpèges (mesures 33-24) et un trait chromatique (mesure 34-35).

Deuxième partie, mesure 36-51

Thème B. Mesures 38-43

Le thème B est transposé en ré majeur. Mesure 39, le petit motif qui suit la marche harmonique des mesures 37-39 est différent de celui proposé précédemment, mesure 29, seconde moitié. La fin de cette première présentation synthétise les deux techniques proposées en conclusion au thème B lors de la première partie, entre trait et arpège, sur le cinquième degré (mesure 41-43).

Thème B. Mesures 44-51

Répétition exacte de ce qui précède avec une variante à pour la conclusion. L’accord de septième diminué (mesure 41) devient un accord de dominante du IV degré de ré majeur (mesure 49).

Reprise de la première partie.

Le motif d’accompagnement est repris, mais il passe soudainement du majeur au mineur (mesure 52-53). L’effet est saisissant, car immédiatement après avoir pleinement affirmer la modalité majeure avec les accords du I, VI et II (mesure 52), ces même degrés sont repris en mineur à la mesure 53.
Il ne reste plus qu’à reprendre le thème A (mesure 54-61) et à s’acheminer vers la cadence parfaite finale.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
Dernière modification par Clément Pic le mer. 26 septembre 2007, 15:23, modifié 11 fois.
In cobbles I trust.
In bescherelle I must trust.

123guitare

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe

Message par 123guitare » ven. 21 septembre 2007, 14:44

je l'attendais !!! je l'attendais !!!
je croyais qu'il l'avait oublié !!! ou que ça ne l'intéressait plus !
Dernière modification par 123guitare le ven. 21 septembre 2007, 15:21, modifié 2 fois.

Avatar de l’utilisateur
Clément Pic
Compositeur
Messages : 1923
Inscription : dim. 22 juillet 2007, 19:33
Localisation : Lille

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe, partie 2

Message par Clément Pic » ven. 21 septembre 2007, 15:08

II. « Circulation motivique »
Sous ce titre atroce, je vais tenter de montrer comment, de section en section, les idées circulent et se répondent.

Rythme

La tête des thèmes.

Les deux thèmes A et B sont tous deux composé par le même rythme de deux noires liées, ou non, à quelques choses. (voir tableau 1)


Rythme harmonique et accompagnement.

Sauf exception, le rythme harmonique est constant de deux accords par mesure. Les exceptions sont de deux sortes :
1. Ruptures par accélération du rythme harmonique :
Mesures 23-24, mais nous avons vu qu’il s’agit d’une fausse accélération.
2. Rupture par cadence.
Lors des arrêts sur le V degré, mesures 21-22, 32-35, et 42-43.

La cellule de rythmique de base en noire sur le temps la basse et en croches à contretemps se décline sous 5 formes :
1. Forme originale
2. Variante 1 blanche - noire - noire
3. Variante 2 noire - noire - blanche
4. Variante 3 deux blanches
5. Variante 4 blanche pointée liée à une croche - croche.

(détail dans le tableau 2)

Modes de jeux
Selon la situation, le morceau présente des arpèges et des traits, le plus souvent sur une demi-cadence.

Arpèges

Certains de ces arpèges circulent à travers la pièce.

Celui de la mesure 20, deuxième moitié, (encadré en violet) se retrouve mesure 41 (transformé en accord de septième diminuée), 49 et 59. Il prépare chaque fois une pédale du V degré précédé du degré IV sauf mesure 41 où il l’introduit directement.

L’arpège-trait de la seconde mesure (encadré en rose) se retrouve mesure 6, 22, et 61. Aux mesures 1 et 6, il a une valeur introductive tandis que mesure 22 et 61, il a une valeur conclusive.

Enfin d’autres arpèges (encadrés en jaunes) possédant moins d’identité sont présents avec la même fonction harmonique de V degré mesure 9, 29 et 32-34.

Traits.

Les traits ont dans cette pièce une fonction de liaison entre les arpèges qui concluent une section et le début de la section suivante.
On trouve :
Des gammes : mesures 10, 43
Un trait chromatique : mesure 34
Dernière modification par Clément Pic le ven. 21 septembre 2007, 16:33, modifié 1 fois.
In cobbles I trust.
In bescherelle I must trust.

Avatar de l’utilisateur
Clément Pic
Compositeur
Messages : 1923
Inscription : dim. 22 juillet 2007, 19:33
Localisation : Lille

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe, partie 3 et annexes

Message par Clément Pic » ven. 21 septembre 2007, 15:28

III. Arabe ?

Modalité

Le titre de la pièce est trompeur, sans doute…Mes connaissances sont loin d’être totales. Cependant, lorsqu’un compositeur veut « faire arabe », il a à sa disposition quelques « trucs ». En mode mineur, le « truc » le plus facile est l’usage de la seconde augmenté qui sépare le VI du VII degré.
En Ré mineur :
Re mi fa sol la sib do# re
Pour l’éviter, on peut altérer le degré VI, c’est la gamme de mineur mélodique ascendant
Re mi fa sol la si do# re
Mais on peut aussi abaisser le VII, c’est la gamme de mineur mélodique descendant (pour plus de commodité je l’indique en descendant, le degré VII est donc à la seconde place…)
Re do sib la sol fa mi ré
Dans cette pièce, Tarregà choisi d’éviter cet intervalle, sauf au premier temps de la neuvième mesure.

Cependant, l’altération du second degré, mi b, rapproche la pièce du mode « arabo-andalou », mais plus que fortement atténué, sinon normalisé, par la tonalité. Sur ré, le mode serait :
Ré, mi b, fa, fa#, sol, la, si b, do
Le fa# est absent, mais le mi b, lui, est bien présent, mais comme second degré altéré de ré min.

Donc, il semblerait que arabe renvoie à autre chose que la modalité de la pièce.
Conjecture vers l’architecture.
Tarregà est né la même année que l’architecte Antoni Gaudi (1852-1926). Il est considéré comme le représentant de l’art nouveau espagnol, le modernismo.
Entre 1883 et 1885, est bâti, sur les plans de Gaudi, le Capricho Arabe. Il y aurait expérimenté à cette occasion la fusion entre la musique et l'architecture. Le véritable nom de cet édifice est Villa Quijano. Gaudi y a mélangé des éléments arabes avec un style néogothique. Sur les vitraux, des animaux jouent de divers instruments..
La pièce de Tarrega aurait été écrite entre 1880 et 1905. Il n’est donc pas impossible qu’il y ait un rapport entre cette pièce et le bâtiment de Gaudi.
Le modernismo se caractérise par sa profusion ornemental, tout comme son homologue français l’art nouveau. Musicalement, il faudrait plutôt aller chercher du coté d’Albéniz que de Tarregà. Mais dans le capricho arabe, on s'aperçoit que les ornementations ont une place et une fonction très importante.

Les glissandos: mes. 10, 12, 15, 28, 28, 39, 40, 16, 48, 54, 59

Les appoggiatures: mes. 17, 56

Les broderies, simple ou double: mes.15, 16, 21, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 36, 37, 38, 40, 41, 44, 45, 46, 48, 49, 50, 54, 55, 60

Sans compter les autres broderies ou appoggiatures de la ligne mélodique elle-même. On pourrait également comparer ces ornementations entre elles, à la seconde, à la tierce ou combinant ces intervalles, mais cela outrepasserait le cadre de l’analyse que je choisi de vous proposer.

Sites internet consultables (liste non exhaustive)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Francisco_T%C3%A1rrega
http://www.gaudidesigner.com
http://www.gaudiallgaudi.com
http://www.answers.com/topic/capricho-r ... ertainment

et les annexes:
Annexe 1_tableaux.pdf
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
In cobbles I trust.
In bescherelle I must trust.

Avatar de l’utilisateur
Jean Aragon
Elève des cours en ligne
Messages : 1876
Inscription : mer. 08 septembre 2004, 05:59
Localisation : St Pierre - La Réunion

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe

Message par Jean Aragon » ven. 21 septembre 2007, 15:37

Et voilà !
Un sacré boulot :bravo:
J'ai imprimé et je vais regarder de près.
:bye:
Jean A

Avatar de l’utilisateur
Prélude
Messages : 2424
Inscription : lun. 31 octobre 2005, 14:31

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe

Message par Prélude » ven. 21 septembre 2007, 16:31

:bravo: et :merci: , j'ai tout imprimé, je verrai tout cela ce we.
Un souci avec la pièce jointe de l'exemple 4 par contre...
Guitare Prélude Maurice Dupont 2002
"La musique commence là où s'arrête le pouvoir des mots". Wagner

Avatar de l’utilisateur
Clément Pic
Compositeur
Messages : 1923
Inscription : dim. 22 juillet 2007, 19:33
Localisation : Lille

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe

Message par Clément Pic » ven. 21 septembre 2007, 16:39

C'est moi qui remercie le forum de me permettre de partager ce que j'aime bien faire!
Prélude a écrit : Un souci avec la pièce jointe de l'exemple 4 par contre...
J'ai pas réussi à régler ce souci, alors j'ai opté pour une solution radicale: une page d'exemple. Visiblement, la partition que j'avais anotée risque d'avoir le même problème. :?
In cobbles I trust.
In bescherelle I must trust.

jarods

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe

Message par jarods » ven. 21 septembre 2007, 17:50

:okok: merci pour cette fine analyse :!: je l'imprimerais pour suivre avec la partition ; un morceau de choix ce capricho :idea:

123guitare

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe

Message par 123guitare » ven. 21 septembre 2007, 20:28

salut forese

je suis impressionné ......

mais sincèrement je m'y attendais.....
donc pas tant que ça en définitive

pour moi y'avait avant tout le titre.....
ben oui c'est peut être pas important pour beaucoup mais pour moi c'est essentiel
y'en a qui mettent un titre parce qu'il le faut
et puis il y en a d'autre pourqui c'est hyper important

dans mon esprit pour tarrega c'est important

pour moi tarrega c'est un intello
c'est un intello qui vient des tripes mais c'est un intello

donc le titre c'est un message un recadrage

pour moi le capricho arabe était une espèce d'hommage
peut être pas d'hommage,
mais de référence à la période islamique de l'espagne

(désolé pour JFD si l'on aborde même en filligranne un aspect des religions
mais il est AMHA évident dans cette pièce, et j'essaierais de ne pas trop
déborder ce point)

et à ce titre la référence à Gaudi me semble totalement pertinente

et là je ne comprend plus bien la dédicace de l'oeuvre à un auteur "d'opéra comique" ??????

donc la tonalité n'est pas "arabe"
(je traduit en termes iconoclates)

sont arabes les "zigouigouis" !

et là j'adhère totalement, les ornements ? devrais je peut être dire ??

vous savez quand on se ballade en andalousie on ne peut pas être insensible
à l'infuence arabe, et Gaudi ne l'a pas été je pense
et son "capricho" est effectivement un trait d'union entre l'architecture et la musique
et ça me plait infiniment que tarrega ait pu rebondir sur Gaudi.

excusez cette approche de béotien si loin de l'approche de forèse

faites moi part de ce que vous pensez de mes élucubrations

je reviendrais avec l'introduction qui m'interroge beaucoup

à +

Martinuz

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe

Message par Martinuz » ven. 21 septembre 2007, 22:46

J'attendais cet exposé avec impatience.

Donc chapeau Forese, et merci !

"Chapeau" signifiant admiration pour votre érudition, mais pas félicitations, car venant d'un béotien comme moi, des félicitations n'auraient pas grand sens.

Tout ça pour dire que si, à moment perdu, vous aviez le loisir de faire un petit lexique, disjoint des analyses, ce serait peut-être utile pour aider des nuls qui rament comme moi :-)

Avatar de l’utilisateur
Clément Pic
Compositeur
Messages : 1923
Inscription : dim. 22 juillet 2007, 19:33
Localisation : Lille

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe

Message par Clément Pic » ven. 21 septembre 2007, 22:50

Martinuz a écrit :
Tout ça pour dire que si, à moment perdu, vous aviez le loisir de faire un petit lexique, disjoint des analyses, ce serait peut-être utile pour aider des nuls qui rament comme moi :-)
C'est prévu.
Pour la suite, il y aura des choses plus progressives. Je prépare un "programme" avec des notions de bases avec comme exemple des pièces des différents receuils "delcampesques".
In cobbles I trust.
In bescherelle I must trust.

Avatar de l’utilisateur
Prélude
Messages : 2424
Inscription : lun. 31 octobre 2005, 14:31

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe

Message par Prélude » sam. 22 septembre 2007, 00:29

Il y a une chose qui m'intéresserait beaucoup en plus du lexique, ce serait une sorte de tableau permettant de connaître les corrélations entre écriture et interprétation, exemple le plus simple: la présence d'une cadence parfaite indique la fin d'une phrase... mais je sais qu'il y en a beaucoup d'autres que je ne connais pas, souvent "on sent" les choses... mais ce lexique nous permettrait peut-être de mieux comprendre nos morceaux et nous aiderait certainement dans l'interprétation.
Je ne me rends pas compte de ce que je demande, c'est faisable :?: Ou bien trop long :?: ...bref, si ce n'est pas possible, je le comprendrai très bien, j'aurai au moins tenté :!: :wink:
Guitare Prélude Maurice Dupont 2002
"La musique commence là où s'arrête le pouvoir des mots". Wagner

Avatar de l’utilisateur
celime
Messages : 2135
Inscription : ven. 26 janvier 2007, 21:11
Localisation : Charleroi (Belgique)

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe

Message par celime » sam. 22 septembre 2007, 13:36

Ton analyse m'apparaît très objective, en ce sens que tu te limites à décomposer, révéler ou nomenclaturer des éléments structurels.
Je m'étonne que tu ne te risques pas à exploiter ces résultats pour fournir un jugement de valeur (comparatif) et aussi donner des conseils pour bien interpréter cette pièce (que j'aime pas trop...).

Martinuz

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe

Message par Martinuz » sam. 22 septembre 2007, 14:21

celime a écrit :Je m'étonne que tu ne te risques pas à exploiter ces résultats pour (...) donner des conseils pour bien interpréter cette pièce
Ce serait une excellente idée.
Pour voir en détail comment profiter en pratique de l'analyse pour améliorer l'interprétation.
Forese a mis le doigt dans un piège :-)

123guitare

Re: Analyse: Tarrega, Capricho Arabe

Message par 123guitare » sam. 22 septembre 2007, 15:23

Martinuz a écrit :Forese a mis le doigt dans un piège :-)
pas forcément il n'est pas le seul à être obligé de participer

l'intéressant ce serait les commentaires de chacun

Revenir à « Cours de guitare classique en ligne »