C'est boucané

Instruments anciens, luths, théorbe, vihuela, guitare renaissance et guitare baroque.
Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1025
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

C'est boucané

Message par Roger Traversac » dim. 26 octobre 2014, 15:47

C'EST BOUCANÉ (DÉMODÉ) DE S'EN TENIR À UNE .../D'EN AVOIR PLUS D'UNE !
Pierre Attaingnant (1529) Très brève et familière introduction F.8v
IT IS OLD FASHIONED JUST TO HAVE ONE.../TO HAVE MORE THAN ONE !
Source : 42 chansons à 3, april, 1529, f. 5'-6.
Arrangement pour clavier dans 26 chansons f. 83.
Ms. source : Copenhague, p.179.

Révisions de Daniel Hearz (Preludes, chansons and dances for Lute published by Pierre Attaingnant) Société de Musique d'Autrefois (1964) et Sarge Gerbode.

Cette chanson a deux textes opposés :
C'est boucané (démodé) de s'en tenir à une...
Le change est bon ainsi comme l'on dit
Par quoi j'ordonne que l'homme aura crédit
Qui changera tout ainsi que la lune.

Il ne tiendra foi ni promesse aucune
Et il aura son dit et son dédit :
Mais s'il se trouve quelque fois éconduit
Il n'en devra en rien blâmer fortune.

S'il est aimé de dame noire ou brune
Mais qu'il y soit une heure, il lui suffit
Car l'une pleure, l'autre trop dit ou rit
L'une est fâcheuse (et) l'autre est importune.

S'ensuyvent huit belles chansons nouvelles. Edition gothique, sans date, et Recueil Lotrian, 1543.

C'est boucané d'en avoir plus d'une
Le change est sot quoi qu'on en ai dit.
Car par change, l'homme perd son crédit
Et ressemble droitement à la lune.

Qui ne tient foi, ni promesse aucune
Et tous les jours a son dit et son dédit
Si d'amour est bien souvent éconduit
Il n'en doit point en rien blâmer fortune.

S' on est (si on est) aimé de dame noire ou brune
Secrètement de bon coeur sans redit
Servir la faut toujours sans contredit
le sot amant fait la dame importune.

S'ensuyvent plusieurs chansons joyeuses. Adam Lotrian, 1543.
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1025
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: C'est boucané

Message par Roger Traversac » mer. 28 février 2018, 19:24

Voici la tablature d'origine sans barres de mesure ... offerte par notre ami Sarge Gerbode :
http://gerbode.net/facsimiles/Attaingna ... 9/008v.png
Il y a une récente vidéo intéressante avec cette pièce d'un interprète.
Ne pouvant me permettre de diffuser la sienne, je vais présenter la mienne.
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1025
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: C'est boucané

Message par Roger Traversac » mer. 28 février 2018, 19:55

Lien avec ma vidéo que j'espère correctement interprétée :
viewtopic.php?f=98&t=41044

J'espère que vous aurez envie de jouer cela et que les paroles à l'opposé vous plairont dans un sens ou bien l'autre, selon les phases de la lune ...
(W.B. Yeats The phases of the moon)
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1025
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: C'est boucané

Message par Roger Traversac » mer. 07 mars 2018, 12:24

Voici l'extraordinaire illustration jointe qui cadre parfaitement avec le sujet :
Allégorie à la lune d' Hendrick Goltzius (Jacob Matham d'après Hendrick Goltzius très exactement) :
On y voir une pleine lune resplendissante dans le ciel, encadrant le visage d'une Diane Chasseresse en compagnie d'un luthiste ; leurs regards amoureux se croisent, les yeux dans les yeux ; des fontaines, des amoureux, un autre luthiste etc ...
Site passionnant avec téléchargement gratuit possible :
http://www.persee.fr/doc/albin_1154-585 ... m_14_1_940
L'illustration est la n° 9 " Diane déesse de la lune favorisant les amours d'un jeune homme " ; notre luthiste ...
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Revenir à « Luths, guitare baroque et renaissance »