Luth renaissance main droite

Instruments anciens, luths, théorbe, vihuela, guitare renaissance et guitare baroque.
Avatar de l’utilisateur
Elisabeth Calvet
Compositrice
Messages : 5695
Inscription : dim. 18 février 2007, 20:50
Localisation : Tarn

Luth renaissance main droite

Message par Elisabeth Calvet » mar. 02 décembre 2014, 14:39

Bonjour !
J'ai remarqué que dans "The Schoole of Muficke", Thomas Robinson utilise très souvent l'annulaire pour les notes au-dessus de la basse, dans les diminutions.
image.php.jpg
J'ai essayé, et c'est plus facile de faire revenir le pouce au niveau de la corde aigue, en faisant comme ça, il y a moins ce léger retard après chaque note au-dessus d'une basse... ça se fait couramment ?
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
- Je ne sais pas.
- Tu es sûr de ne pas savoir ce que ça veut dire, moderato cantabile ? reprit la dame
L'enfant, immobile, les yeux baissés, fut seul à se souvenir que le soir venait d'éclater. Il en frémit.
(Marguerite Duras)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1063
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Luth renaissance main droite

Message par Roger Traversac » ven. 12 décembre 2014, 23:32

Oui, bravo, bien vu Elisabeth ! Pour aller plus avant, La Lettione Seconda (1543) de Sylvestro Ganassi et The Schoole of Musicke de Thomas Robinson (1603) nous renseignent avec efficacité sur l'usage de l'annulaire main droite ; position naturelle qui doit être maintenue dès que se produit le moindre écart entre les choeurs au niveau des doigtés main droite : décontraction, légèreté, pour éviter la moindre tension des doigts. Lorsqu'il y a deux choeurs de décalage, il est préférable d'utiliser index-annulaire au lieu de majeur-index. On retrouve cela chez Albert de Rippe, Sixt Kargel, Gregor Huwet etc ...
(d'après le volume 2 des Secrets du luth Histoire Conseils Analyse de Xavier Cauhépé chez Robert Martin).
Bien amicalement,

Roger
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Revenir à « Luths, guitare baroque et renaissance »