The Shoemaker's wife A Toy - John Dowland

Instruments anciens, luths, théorbe, vihuela, guitare renaissance et guitare baroque.
Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1066
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

The Shoemaker's wife A Toy - John Dowland

Message par Roger Traversac » mer. 06 février 2019, 12:32

Pas trouvé d'enregistrement sur le Forum ( à la guitare ou au luth) ni de texte à ce sujet. J'ai peut-être mal cherché . Je pense que cela mérite d'être mis en valeur.
Nombreuses vidéos tant à la guitare qu'au luth sur Youtube... L'ayant interprété au luth Renaissance avec grand plaisir Dimanche avec à priori de très bons doigtés prenant en compte les nombreuses notes à tenir (sonne mieux sur mon 10 choeurs que sur mon 8 choeurs ; un 8 choeurs semble inutile quand on passe à 10). Je résume :
C'est un " Toy ", une pièce enjouée, chaleureuse !
N° 58 de Diana Poulton The Lute Music of John Dowland.
D9.f21v - " The Shomaker's Wife. A Toy J. Dowland " - D5 f. 6v,WT. Anon.
Mystique concernant le métier de " cordonnier ".
En France " les cordonniers, les femmes de cordonnier, sont les plus mal chaussé(e)s " disent les dictons !
Les femmes de cordonnier sont sujet à des moqueries ( Bosse illustration - également Lettre cordonniériesque, vers 1642 - La belle cordonnière reçoit un galant empressé qui lui remet une lettre " A Madame la Vicontesse de la Ménicle " déclaration d'amour fanfreluchée où l'auteur a fait entrer tous les mots propres au métier de la cordonnerie ! Ainsi une manique/manicle, mécline ici - est' elle une lanière de cuir que les cordonniers se mettent autour de la main pour empêcher qu'elle soit coupée par le fil avec lequel ils cousent, d'où l'expression " homme de la manique ").

En Grande Bretagne c'est exactement l'inverse " Le fils d'un cordonnier est un prince né ". La femme du cordonnier est un modèle.
Mystique du métier de cordonnier liée depuis le début du XV ème siècle aux vies de saint Hughes et saint Crespin, patron des cordonniers ( " Cuirs et crépins " ....)
Soisson ou Comté de Kent, Shakespeare ...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9p ... 3%A9pinien
Thomas Deloney, nouvelle " The Gentle Craft " imprimée de 1597 à 1760. Trois histoires en une. Dans la dernière nouvelle, sujet de Thomas Dekker pour " The Shoemaker's Holiday " joué devant la reine le premier Janvier 1600. Etc ... ballades, chansons ...
Le cordonnier est aimable, jovial, courageux et fier. Il gagne bien sa vie.
Nombreuses pièces musicales : The Cobbler ... The Shoe-maker, a Scotch Tune ... etc ...
L'inspiration, la Muse de John Dowland doit être " The Dame of the Master Shoemaker of Feversham " qui devint une amie de Crespin (Crispin) dans le second conte de Deloney ou bien " Mistress Margery Eyre " dans " The Shoemaker's Holiday ".
Avis que l'on ne peut qu'approuver de Diana Poulton :
" Délicieuse pièce, pleine de vitalité, spirituelle en 6/8 avec trois petites parties de quatre mesures avec des reprises différentes (decorated repeats).
Depuis Julian Bream au luth (toujours une grande référence), innombrables interprétations de qualité tant au luth (7 choeurs avec un fa grave) qu'à la guitare classique.
Merci à la regrettée Diana Poulton pour tous ces détails fort intéressants (ref/John Dowland Diana Poulton faber and faber - on trouve le livre en lecture gratuite sur internet et il es possible qu'il ait été récemment re édité car les anciennes éditions sont devenues rarissime et hors de prix ...).
A vous entendre ! Si le choeur, le coeur vous en dit ... Bonne Muse et bonne Musique !
N.B. Pièce d'un assez haut niveau technique, notamment sur le plan rythmique, mais cela en vaut largement la peine ! Surtout trouver de très bons doigtés (pour les miens cela m'a pris du temps ; bien des changements avant de trouver ce qui me convient le mieux ; ces doigtés sont personnels. Ce qui convient bien à l'un peu moins bien convenir à un autre) et bien jouer toutes les notes à priori à tenir (se trouvent par exemple dans " The collected Lute Music of John Dowland Diana Poulton Basil Lam Faber Music " avec le solfège en plus de la tablature - keyboard notation).
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1066
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: The Shoemaker's wife A Toy - John Dowland

Message par Roger Traversac » mer. 06 février 2019, 14:43

Lien avec une bonne transcription en tablature de luth de notre ami Sarge Gerbode. Merci à lui !

http://www.gerbode.net/composers/Dowland/solos/pdf/

Cliquer sur 58

Conseil complémentaire :
Ne pas hésiter à faire une petite suite des quatre dernières mesures ! Bref, les rejouer jusqu'au final ... C'est superbe !
il y a effectivement des triolets dans la dernière mesure qui est jouée en roue libre ... Effet garanti ! Merveilleux ...
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Joachim
Messages : 34
Inscription : dim. 23 septembre 2018, 11:20

Re: The Shoemaker's wife A Toy - John Dowland

Message par Joachim » ven. 08 février 2019, 08:30

Merci beaucoup pour ces précisions qui apportent énormément à la compréhension des pièces parfois au nom un peu mystérieux.

Avatar de l’utilisateur
Dom95
Messages : 1183
Inscription : lun. 15 janvier 2007, 13:05
Localisation : VO

Re: The Shoemaker's wife A Toy - John Dowland

Message par Dom95 » ven. 08 février 2019, 10:56

Effectivement, magnifique pièce superbement interprétée à la guitare par Christoph Denoth. guitariste remarquable.
Merci Roger d'avoir mis en avant cette pièce.

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1066
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: The Shoemaker's wife A Toy - John Dowland

Message par Roger Traversac » ven. 08 février 2019, 11:00

Merci également pour ce commentaire !
Voici un lien intéressant pour télécharger gratuitement (je l'ai fait en Pdf) le texte de Deloney, The Gentle Craft :
https://archive.org/details/gentlecraft ... og/page/n9
L'éventuelle dédicataire de John Dowland apparaît en page 85, la page 34 de " Crispine and Crispianus " :
" Maintenant, hélas, pauvres garçons, comment se fait' il que vous n'ayez plus d'emploi ? Pourquoi ne pas devenir cordonniers et apprendre " The Gentle Craft " ? (l'Art et le métier - de personne bien née comme saint Crespin - de la cordonnerie) .... Je vais servir d'intermédiaire auprès de mon mari, car nous prendrions avec plaisir de bons gars ; et si vous êtes justes et honnêtes, et servez Dieu, pas de doute vous réussirez bien. Entrez, messieurs, entrez. " ... " Mon mari, ce sont les jeunes gens dont je vous ai parlé ; sans aucun doute avec le temps ils deviendront de bons hommes/artisans. "

Ref/ Google/merci à Google. Traduction approximative en français de ma part.
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

borisravel
Messages : 295
Inscription : lun. 15 août 2011, 12:52
Localisation : 02 Soissons

Re: The Shoemaker's wife A Toy - John Dowland

Message par borisravel » sam. 16 février 2019, 20:02

J'ai toujours adoré cette petite pièce que j'avais ajouté au programme de mon dernier examen de luth. Perso, je comprends aussi le "A toy" comme "à toi" en ancien français.

Marieh
Messages : 5200
Inscription : dim. 22 mars 2009, 22:01

Re: The Shoemaker's wife A Toy - John Dowland

Message par Marieh » sam. 16 février 2019, 20:38

borisravel a écrit :
sam. 16 février 2019, 20:02
Perso, je comprends aussi le "A toy" comme "à toi" en ancien français.
C'est plutôt de l'anglais ancien, qu'on pourrait traduire par, Fantaisie, Bagatelle, Amusement, etc.
toy.jpg
toy2.jpg
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

borisravel
Messages : 295
Inscription : lun. 15 août 2011, 12:52
Localisation : 02 Soissons

Re: The Shoemaker's wife A Toy - John Dowland

Message par borisravel » dim. 17 février 2019, 04:44

Bien-sûr, mais Dowland est facétieux...

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1066
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: The Shoemaker's wife A Toy - John Dowland

Message par Roger Traversac » dim. 17 février 2019, 12:04

Oui, merci bien ! Il y a pour s'échauffer les doigts par exemple la jolie petite pièce facile de Francis Cutting, " The Squirrel's toy " dans laquelle est évoqué le déplacement d'un écureuil qui s'ébat dans la nature.
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Joachim
Messages : 34
Inscription : dim. 23 septembre 2018, 11:20

Re: The Shoemaker's wife A Toy - John Dowland

Message par Joachim » dim. 17 février 2019, 18:52

Air bien sympathique qui se trouve sur le site de M Gerbode et sur le recueil DD 211 (f 77)

Revenir à « Luths, guitare baroque et renaissance »