Cours D01 : La phrase musicale

Règles du forum
PDF, MP3, Vidéos, Cours : Niveau D01 - Niveau D02 - Niveau D03 - Niveau D04 - Niveau D05 - Niveau D06 - Niveau D07 - Niveau D08 - Niveau D09 - Niveau D10 - Niveau D11 - Niveau D12.
Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8465
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Cours D01 : La phrase musicale

Message par Jean-François Delcamp » jeu. 01 mars 2007, 23:02

Bonjour à tous,
une phrase musicale, comme une phrase du langage parlé, possède une ponctuation et surtout une conclusion. Situer la fin d’une phrase nous mènera à la compréhension du sens de la phrase. Une phrase musicale est constituée de mots musicaux. Ces mots musicaux se composent de syllabes qui sont les notes de musique.

Les débutants on souvent le défaut d’oublier les silences dont il pensent qu’ils ont peu de valeur, que seul compte ce qui est exprimé. Le silence a de nombreux sens, c’est un moyen d’expression et un moyen de communication que le musicien doit exprimer avec justesse.

L’art du musicien est de jouer de manière à ce que l’auditeur identifie les phrases musicales comme les unités qui composent l’oeuvre qu’il joue. Pour cela il va utiliser les techniques du langage parlé : respiration, accentuation, articulation plus ou moins prononcée, changement de timbre pour imiter un accent, chute d’intensité vers la fin, etc… .

L’art de phraser la musique, consiste essentiellement dans le rendu de la ponctuation, c'est-à-dire du rythme, qui divise le discours musical en périodes articulées les unes aux autres.



A l'époque classique (1750-1830), la loi de la symétrie domine les arts. Les phrases se divisent en deux parties égales qui s'équilibrent exactement. La phrase de huit mesures, avec sa demi cadence centrale, est le modèle dominant de l'époque classique. La première partie est ouverte et appelle une suite, la deuxième partie est fermée par une cadence parfaite
Ces deux parties de la phrase sont appelées l’antécédent et le conséquent. De nombreux professeurs illustrent cette symétrie en disant que l’antécédent de la phrase pose une question et le conséquent y apporte une réponse.

Une demi cadence est un repos sur la dominante (cinquième degré de la gamme) une cadence parfaite est la succession de la dominante et de la tonique. La tonique est le premier degré de la gamme.

Prenons comme exemple « Frère Jacques »
Ce morceau utilise la gamme de Sol majeur, Sol en est le premier degré appelé tonique. Ré est le cinquième degré de cette gamme, il est appelé dominante.
Nous avons une première partie de phrase de 4 mesures qui se termine de manière interrogative par un ré blanche (dominante) mesure 4, les quatre mesures suivantes nous mènent au sol (tonique) blanche qui conclue la phrase à la mesure 8. J’en déduis que cette oeuvre est de construction classique.
Dans Frère Jacques chaque mesure est un mot musical. Les mesures 9 à 16 sont les mêmes que les mesures 1 à 8.
Frère Jacques est un canon, une oeuvre où on répète, à deux ou plus, la même phrase avec un décalage d’une ou plusieurs mesures. Chacun peut faire le canon tout seul : il joue la mélodie à la guitare puis la chante en canon en superposition à la guitare. Je ne vous ferai pas de mp3 où je chante, ça risquerait de gâcher la météo du forum.


:casque: :arrow: Frère Jacques à 7 guitares par pilouface, lisolee, catcho, rdan06, rv45, jg et bib64.

Avez-vous des questions ? :discussion:
Dernière modification par Jean-François Delcamp le ven. 02 mars 2007, 12:54, modifié 1 fois.
:( + ♫ = :)

bib64

Message par bib64 » jeu. 01 mars 2007, 23:51

en fait on 7... lol
6 guitares par pilouface, lisolee, catcho, rdan06, rv45, jg et bib64.
me suis plantée en écrivant sextuor, nous sommes un septuor...

sinon la leçon est très clair.

cités en exemple wouaw la classe.

comment par exemple dans ce mp3 aurait-on pu améliorer notre phrasé?

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8465
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Message par Jean-François Delcamp » ven. 02 mars 2007, 12:56

bib64 a écrit :...comment par exemple dans ce mp3 aurait-on pu améliorer notre phrasé?


Bonjour bib64,
votre enregistrement est très bien :okok: , moi je jouerai Frère Jacques un peu plus vite que vous ne le jouez. Je suis certain que si vous le chantez ce sera plus vite que vous ne l’avez enregistré.

Et puis, je m’efforcerai de jouer comme je chante, avec les mêmes articulations. J’ai noté avec des signes ce que je crois être adapté (voir image jointe).

bib64 a écrit :...en fait on 7... lol
merci, j'ai corrigé mon message.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
:( + ♫ = :)

Laurence David

Message par Laurence David » ven. 02 mars 2007, 13:49

.. Les phrases se divisent en deux parties égales qui s'équilibrent exactement. La phrase de huit mesures, avec sa demi cadence centrale, est le modèle dominant de l'époque classique. La première partie est ouverte et appelle une suite, la deuxième partie est fermée par une cadence parfaite
Ces deux parties de la phrase sont appelées l’antécédent et le conséquent.
donc si j'ai bien compris dans frère jacques :

-la phrase ce sont les huits premières mesures que l'on peut reproduire à l'infini
-la demi cadence étant à la quatrième mesure, d'où "la respiration"???????et donc coupe la phrase en deux : mesure 1 à 4 = antécédent (la question) mesure 5 à8 = conséquent (la réponse)
-la cadence parfaite étant une succession de la dominante et de la tonique (ici Ré et Sol), mais pourtant le morceau se termine en mesure 7 et 8 par la succession de sol ré sol, mais ce ré là n'est pas le même que celui en 5è degré de la mesure 3, à moins que ce n'est pas sur la portée qu'il faut regarder la "place" de la note, mais effectivement sa place dans la gamme
sans se soucier de sa place sur la portée, ce qui ferait effectivement
sol la si do ré (ré en 5è position) dans la gamme sol mais n'importe où sur la portée, et donc quel que soit le ré joué, il est toujours la dominante ?????? d'où le nécessaire de savoir ses gammes ?????

je stoppe pour l'instant mes questions car je ne sais pas si elles sont bien claires :lol: :oops: et si ma réflexion est positive :roll:

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8465
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Message par Jean-François Delcamp » ven. 02 mars 2007, 14:30

Bonjour Laurence,
lisolee a écrit :-la phrase ce sont les huits premières mesures que l'on peut reproduire à l'infini
oui

lisolee a écrit :-la demi cadence étant à la quatrième mesure, d'où "la respiration"???????et donc coupe la phrase en deux : mesure 1 à 4 = antécédent (la question) mesure 5 à8 = conséquent (la réponse)
oui

lisolee a écrit :-la cadence parfaite étant une succession de la dominante et de la tonique (ici Ré et Sol), mais pourtant le morceau se termine en mesure 7 et 8 par la succession de sol ré sol, mais ce ré là n'est pas le même que celui en 5è degré de la mesure 3, à moins que ce n'est pas sur la portée qu'il faut regarder la "place" de la note, mais effectivement sa place dans la gamme
sans se soucier de sa place sur la portée, ce qui ferait effectivement
sol la si do ré (ré en 5è position) dans la gamme sol mais n'importe où sur la portée, et donc quel que soit le ré joué, il est toujours la dominante ?????? d'où le nécessaire de savoir ses gammes ?????
Comme on a deux fois RE - SOL ( mesure 7 et 8 ) on a deux cadences parfaites ou plutôt une cadence parfaite qui est répétée. (Je joins une image).

La place du ré par rapport au sol à une importance, la cadence parfaite la plus conclusive est ascendante comme ici dans Frère Jacques. La formule descendante est moins conclusive, je joins une deuxième image.

Le mouvement et la place des notes ont leur importance dans la cadence,
:idea: :arrow: http://fr.wikipedia.org/wiki/Cadence_%2 ... imparfaite
lisolee a écrit :....je stoppe pour l'instant mes questions car je ne sais pas si elles sont bien claires :lol: :oops: et si ma réflexion est positive :roll:
Tes questions sont très claires :okok: .
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
:( + ♫ = :)

jg
Messages : 370
Inscription : lun. 28 août 2006, 23:40

Message par jg » ven. 02 mars 2007, 15:12

Jean-François Delcamp a écrit :Et puis, je m’efforcerai de jouer comme je chante, avec les mêmes articulations. J’ai noté avec des signes ce que je crois être adapté (voir image jointe).
Jean-François, au-secours, que signifient tous ces petits signes ???

Je connais déjà le point au-dessus ou au-dessous de la note : elle est piquée.

Le signe qui ressemble à une liaison qui part d'une note et n'aboutit à aucune autre : un laissez-sonner je crois... ?

Le tiret au-dessus de la note : le mystérieux "tenuto" ayant eu de multiples significations toutes contradictoires au fil des âges, aujourd'hui il signifierait que la note doit avoir sa durée normale sans variation (???), mais alors que faire du laissez-sonner ?

Quant au chapeau chinois ^^^ je nage complètement... :titanic:

rv45

Message par rv45 » ven. 02 mars 2007, 23:54

Au secours :aide:
Je ne connais rien du solfège :oops: :oops: et tout le monde ici semble bien connaitre le sujet. déjà j'ai du mal à déchiffrer les partitions alors si vous parlez chinois :chaud: :chaud: ( quoique cela doit être bien de parler chinois :wink: ).

Bref, je suis en train de :titanic:

Qui pourrait me conseiller une petit opuscule de vulgarisation sur le solfège ???

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8465
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Message par Jean-François Delcamp » sam. 03 mars 2007, 00:58

Bonjour jg et rv45,
tous les signes employés indiquent une façon de jouer la note.

Le point indique qu'on doit détacher la note, l'isoler des autres notes, en la jouant sèchement (staccato).

Le trait indique qu'on doit tenir la note entièrement, jusqu’à sa fin.

La liaison indique que la deuxième note se joue dans la résonance de la première note, donc plus doucement que la première note.

Le chapeau chinois (accent) ^ indique qu'on doit accentuer la note : la jouer plus fort que les autres.
rv45 a écrit :....Qui pourrait me conseiller une petit opuscule de vulgarisation sur le solfège ???
il y a des sites comme wikipedia qui vont vous donner les définitions et explications concernant tous ces signes.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9g ... lf%C3%A8ge

Mardi, j’aurai le temps de vous faire des mp3.
:( + ♫ = :)

rdan06

Message par rdan06 » sam. 03 mars 2007, 12:39

Il y a beaucoup à apprendre ici 8)

Une question qui me travaille un peu, n'y a t'il pas opposition entre la notion de phrase musicale et la notion de temps fort temps faible.?

je crois que frère jacques c'est une mesure 4/4 les 1er et 3ème temps sont forts, le 2ème et 4ème sont faibles , alors que d'un point de vue pgrase musicale, frère jacques commence par un temps faible... ?

A bientôt

Daniel

Pizz

Message par Pizz » sam. 03 mars 2007, 22:28

rdan06 a écrit :Il y a beaucoup à apprendre ici 8)

Une question qui me travaille un peu, n'y a t'il pas opposition entre la notion de phrase musicale et la notion de temps fort temps faible.?

je crois que frère jacques c'est une mesure 4/4 les 1er et 3ème temps sont forts, le 2ème et 4ème sont faibles , alors que d'un point de vue pgrase musicale, frère jacques commence par un temps faible... ?

A bientôt

Daniel
Bonsoir

Il n'y a pas d'opposition, ce sont des notions différentes, mais complèmentaires dans "la structure d'une pièce" .

Le phrasé musical, comme vous l'a expliqué si bien Jean-François, c'est la ponctuation du langage musical, comme pour une phrase écrite et sa ponctuation, quand elle s'exprime par le langage.

La notion de temps forts et temps faibles, fait référence à l'organisation des temps dans une mesure.
une mesure se divise en deux, trois ou quatre parties généralement, que l'on nomme temps. Exemple 2/4 une mesure à 2 temps.

Tous les temps n'ont pas une importance égale du point de vue de l'accentuation, certains seront forts, d'autres temps seront faibles.
çà , c'est la théorie.

Mais, comme Stéphanie l'a précisé avec pertinence (voir dans le sujet des premières pièces, et sa réponse à Pilouface pour "la bonne aventure"), le phrasé prévaut sur la notion théorique de temps forts ou temps faibles.

Pour ta question pour Frères Jacques, quand tu chantes :

Frè re Jac ques, 1er et 3ème temps forts, 2ème et 4ème temsp faibles, es-tu d'accord ?

Pourquoi as-tu envie de placer un temps faible, à la place d'un temps fort ? expliques-nous, n'hésites pas à t'exprimer, c'est le bon moment !

Et Stéphanie, Jean-François, ne manqueront pas d'enrichir mes explications.

Bonne soirée

Pizz

rdan06

Message par rdan06 » dim. 04 mars 2007, 19:27

En fait, je me suis basé sur la partition posté ici même par Jean François,

ou il y a dessiné en rouge des '<' et '>', j'ai interprété ça comme un creshendo et un decreshendo, auquel cas selon mon interprétation,
"Frè" commencerait doucement, "re" un peu plus fort, "Jac" encore plus fort et "ques" moins fort. Je suis peut etre passé à coté de l'explication... :?
Sinon
Pour ta question pour Frères Jacques, quand tu chantes :

Frè re Jac ques, 1er et 3ème temps forts, 2ème et 4ème temsp faibles, es-tu d'accord ?
a vrai dire, oui :wink:

Pizz

Message par Pizz » dim. 04 mars 2007, 23:16

rdan06 a écrit :En fait, je me suis basé sur la partition posté ici même par Jean François,

ou il y a dessiné en rouge des '<' et '>', j'ai interprété ça comme un creshendo et un decreshendo, auquel cas selon mon interprétation,
"Frè" commencerait doucement, "re" un peu plus fort, "Jac" encore plus fort et "ques" moins fort. Je suis peut etre passé à coté de l'explication... :?
Sinon
Pour ta question pour Frères Jacques, quand tu chantes :

Frè re Jac ques, 1er et 3ème temps forts, 2ème et 4ème temsp faibles, es-tu d'accord ?
a vrai dire, oui :wink:
Bonsoir Daniel !

Quand tu évoques les signes qui indiquent soit

- un "crescendo" < qui signifie en croissant ou en augmentant
- un "decrescendo"> (ou "diminuendo"), qui signifie en décroissant

ce sont des indications d'expression, et plus particulièrement des signes de nuances.

Tout comme le phrasé, un signe ou un terme de nuances prévaut sur la notion théorique des temps forts ou des temps faibles.

Est-ce que tu me suis ?

Donc, si à un endroit précis, comme l'a proposé Jean-François, il y a des signe de nuances, comme < > , même si la nuance est indiquée sous un temps fort, ce temps fort se jouera avec moins d'intensité.

Et finalement, pour cette mesure qui t'interpellait, tu avais raison !

Si tu as de nouvelles questions, n'hésites pas !

Bonne soirée

Pizz

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8465
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Message par Jean-François Delcamp » lun. 05 mars 2007, 13:14

Bonjour rdan06 et pizz,
mon crescendo est une mauvaise indication :oops: .

Le re de Frère est joué ou chanté moins fort que le Fré.
:( + ♫ = :)

rdan06

Message par rdan06 » lun. 05 mars 2007, 13:26

Merci à vous deux pour vos explication !
je crois avoir compris maintenant :wink:

Daniel

jean mi

Message par jean mi » mar. 06 mars 2007, 14:29

Merci pour ce cours de phrasé...j'espère une suite...Merci

Revenir à « Anciens cours de guitare classique »