Cours D04 : Hémiole, sauve qui peut

Règles du forum
PDF, MP3, Vidéos, Cours : Niveau D01 - Niveau D02 - Niveau D03 - Niveau D04 - Niveau D05 - Niveau D06 - Niveau D07 - Niveau D08 - Niveau D09 - Niveau D10 - Niveau D11 - Niveau D12.
Avatar de l’utilisateur
Greensleeve
Messages : 770
Inscription : mer. 30 juin 2004, 21:36
Localisation : VAR

Cours D04 : Hémiole, sauve qui peut

Message par Greensleeve » jeu. 09 novembre 2006, 11:21

Je n'ose pas lancer ce sujet dans la rubriqe réservée à la théorie car il ne s'agit pas de guitare seulement mais de théorie tout simplement.
Dans une partition, lors d'une répétition de la chorale à laquelle j'appartiens, le chef de choeur faisait remarquer dans une mesure qu'il s'agissait probablement d'une hémiole.
Pourtant rien, aucune indication sur la partition.
Son "probablement" m'a un peu troublée.
Est ce qu'un savant pourrait développer un peu ce sujet ?

Grivemusicienne

Message par Grivemusicienne » jeu. 09 novembre 2006, 11:32

Exemple d'hémiole:
-on est à 3 temps; le rythme harmonique classique est une harmonie par mesure.
-soudain, le rythme harmonique passe à la blanche: on a "3 accords" sur 2 mesures: c'est un exemple d'hémiole.

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8454
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Message par Jean-François Delcamp » jeu. 09 novembre 2006, 11:42

son "probablement" exprime bien qu'il a un doute. Ce n'est pas étonnant des fois le compositeur aime et veut une ambivalence dans le rythme plutôt que ce soit 3/4 ou 6/8 il préfère que ce soit les deux à la fois. Bref le trouble est voulu par le compositeur. Enrique Granados donne une indication de mesure qui ne correspond pas au rythme de base de sa danse espagnole n.2 opus 47 dite "Oriental", il indique 3/4 alors que le rythme interne est du 2/4 et du 3/2. Mais quand on joue l'oeuvre on voit que cette double ou triple appartenance du rythme à plusieurs rythmes, crée un flottement dans lequel on adore se baigner, et que l'oeuvre "fonctionne" parfaitement dans ce triple jeu.

Quand j'arrive à ressentir cette sensation de double ou triple rythme, je ressens à peu près la même chose que quand j'ai bu un coup :ivresse: , une certaine ivresse agréable. Je suppose que si il y a tant de musiciens qui jouent des heures et des heures, c'est parce qu'on arrive au résultat recherché :fume: sans produit autres qu'un instrument de musique quasi inusable à part les cordes. :lol:

Pour les hémioles, je fais suivre plusieurs exemples en fichiers joints
:( + ♫ = :)

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8454
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Message par Jean-François Delcamp » jeu. 09 novembre 2006, 12:04

Dans ce Menuet de Logy, la mesure double en fin de période. On passe d'un rythme à 3/4 à un rythme à 3/2.
J'ai mis des lignes en pointillé pour faire ressortir ce changement.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
:( + ♫ = :)

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8454
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Message par Jean-François Delcamp » jeu. 09 novembre 2006, 12:05

Dans ce Menuet de Brescianello, la mesure double en fin de période. On passe d'un rythme à 3/4 à un rythme à 3/2.
J'ai mis des lignes en pointillé pour faire ressortir ce changement.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
:( + ♫ = :)

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8454
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Message par Jean-François Delcamp » jeu. 09 novembre 2006, 12:07

Dans ce Menuet de Robert de Visée, la mesure double seulement à la fin. Là encore, on passe d'un rythme à 3/4 à un rythme à 3/2.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
:( + ♫ = :)

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8454
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Message par Jean-François Delcamp » jeu. 09 novembre 2006, 12:10

Voici un Capriccio de J. A. Logy, aux fins des périodes, la mesure passe aussi de 3/4 à 3/2.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
:( + ♫ = :)

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8454
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Message par Jean-François Delcamp » jeu. 09 novembre 2006, 12:12

Dans cette Zarabanda de Gaspar Sanz, la mesure change sans cesse, comme dans les Canari et les Guajira.
Dans l'original les changements de mesures ne sont pas indiqués.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
:( + ♫ = :)

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8454
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Message par Jean-François Delcamp » jeu. 09 novembre 2006, 12:35

Comme ma réponse est illustrée de pas mal d'images, toutes les pièces données ici en exemple proviennent du recueil "D04" qui sera publié sur ce forum le 20 novembre prochain.
:( + ♫ = :)

Avatar de l’utilisateur
Greensleeve
Messages : 770
Inscription : mer. 30 juin 2004, 21:36
Localisation : VAR

Message par Greensleeve » jeu. 09 novembre 2006, 15:25

Merci de prendre du temps pour me répondre.
je commence à mieux comprendre, je crois.
En fait ce me semble une rupture dans un rythme sur lequel l'ensemble du morceau est construit.

Je constate par ailleurs que tous tes exemples sont composés à la même période ou à peu près. Est-ce un hasard ?

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8454
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Message par Jean-François Delcamp » jeu. 09 novembre 2006, 15:41

Greensleeve a écrit :....Je constate par ailleurs que tous tes exemples sont composés à la même période ou à peu près. Est-ce un hasard ?
Lors de la période baroque, certaines danses comme le menuet, la sarabande et la courante contenaient systématiquement des hémioles, la passacaille aussi.
Comme je donne des exemples du domaine public, j'ai pris ce que j'avais sous la main en ce moment.
On rencontre des hémioles au vingtième siècle chez Villa-Lobos, Joaquin Rodrigo, Joaquin Turina, Franck Martin, Léo Brouwer et Hans Werner Henze pour en citer quelques uns qui me viennent à l'esprit.
:( + ♫ = :)

Grivemusicienne

Message par Grivemusicienne » jeu. 09 novembre 2006, 16:23

Jean-François Delcamp a écrit : Lors de la période baroque, certaines danses comme le menuet, la sarabande et la courante contenaient systématiquement des hémioles, la passacaille aussi.
On trouve des exemples aussi à la renaissance comme The Earle of Essex his Gaillard de John Dowland.

Avatar de l’utilisateur
Prélude
Messages : 2424
Inscription : lun. 31 octobre 2005, 14:31

Message par Prélude » jeu. 09 novembre 2006, 23:55

Merci pour tous ces exemples, cela me semble plus clair :!:
Guitare Prélude Maurice Dupont 2002
"La musique commence là où s'arrête le pouvoir des mots". Wagner

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 8454
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Re:

Message par Jean-François Delcamp » mer. 23 juillet 2008, 12:00

Grivemusicienne a écrit :On trouve des exemples aussi à la renaissance comme The Earle of Essex his Gaillard de John Dowland.
oui Grivemusicienne, c'est un des meilleurs exemples :okok:
:( + ♫ = :)

Revenir à « Anciens cours de guitare classique »