Comment abordez-vous les rythmes complexes (Tango en Skaï)

Nous discutons ici du niveau de difficulté des oeuvres pour guitare classique, que ce soit sous forme de partition (PDF) ou d'enregistrement (MP3 ou WMV). Le but étant de renseigner la difficulté d'une oeuvre aussi exactement que possible, de façon à faire gagner du temps à celui qui veut travailler une oeuvre. Notre classement se fait par rapport aux années d'études en écoles de musique, au sein d'une échelle allant de 1 à 12.
Règles du forum
Nous discutons ici du niveau de difficulté des oeuvres pour guitare classique, que ce soit sous forme de partition (PDF) ou d'enregistrement (MP3 ou WMV). Le but étant de renseigner la difficulté d'une oeuvre aussi exactement que possible, de façon à faire gagner du temps à celui qui veut travailler une oeuvre. Notre classement se fait par rapport aux années d'études en écoles de musique, au sein d'une échelle allant de 1 à 12.
Philthai
Messages : 382
Inscription : ven. 21 octobre 2016, 12:35
Localisation : Bangkok

Comment abordez-vous les rythmes complexes (Tango en Skaï)

Message par Philthai » ven. 14 septembre 2018, 05:39

Je me suis mis à déchiffrer Tango en Skaï (quelle pièce superbe!). C'est peut-être un peu prématuré parce que je termine seulement ma 5ème année de guitare, et qui plus est, comme autodidacte (encore que j'ai suivi des cours privés l'année dernière et j'en prévois à partir de fin novembre prochain).
J'aimerais savoir comment vous abordez une pièce comme celle-là qui se caractérise par certains accords ou notes qui doivent être joués juste après la mesure et qui se joue donc du rythme. Pour ma part, j'ai inventé une méthode pour la bossa nova (qui présente les mêmes caractéristiques) mais y a-t-il une méthode plus académique et plus efficace ?
Mon approche :
1. mémoriser d'abord la mélodie et le rythme en écoutant plusieurs fois la pièce
2. Sur la partition, j'indique au crayon où tombent les temps par une ligne verticale et si nécessaire, le milieu du temps par un point (indispensable dans ce cas-ci).
3. Je donne ensuite le rythme avec le pied, et de la main droite à plat sur la table, je tape du pouce pour les basses et les autres doigts pour les accords et la mélodie pour apprendre quand les notes doivent être jouées par rapport à la mesure.
4. Une fois le rythme bien assimilé, je prends la guitare j'apprends les positions des doigts de la main gauche.
Je sépare donc l'apprentissage de la main droite et de la gauche parce les deux ensemble me paraissent trop difficiles. Cette méthode marche très bien pour la bossa et la première page de Tango en Skaï me semble à ma portée (mais ce n'est que le début...).
Pour ceux qui connaissent cette pièce, la 6eme mesure est un bel exemple des difficultés rythmiques : les 2 notes pointées sont essentielles, parce que grâce à elles, le 1er mi (12ème frette) est dans le temps, le 2 mi juste en dehors et le 3eme mi retombe dedans. Quand on y parvient,toute la beauté de la composition apparaît par enchantement.
Suis-je dans le bon ou avez-vous une autre approche ? Merci d'avance pour vos réponses !
Kohno Sakurai R Concert 2015 épicéa, Chantaguitar 2018 cèdre

Avatar de l’utilisateur
milsabords
Messages : 11305
Inscription : dim. 17 octobre 2010, 20:07
Localisation : Gaganov

Re: Comment abordez-vous les rythmes complexes (Tango en Skaï)

Message par milsabords » ven. 14 septembre 2018, 06:03

je ne joue pas ce tango , je joue deux tangos en reprise et deux tangos à moi. évidemment tout ça sans partition. je dirais que on doit vivre le rythme en soi. ce ne sera pas parfaitement métronomique si on vérifie , mais ce sera vivant.


D'aucuns ne seront certainement pas d'accord avec ces considérations. Ce qui ne m'empêchera pas de continuer à sévir comme je l'ai fait jusques-là.

il y a une version jouée par Aaron Larget-Caplan ou Scott Tenant , Andrea Gonzalez Caballero (extra celle-là aussi ) et surtout , Tavi Jinariu qui est un guitariste de grande classe sur le site Guitar salon international. des exemples à suivre.

nb ; attention , une petite erreur qu'on entend souvent et qui gache un peu le schmmilblick dans le tango ,à la fin du morceau l'avant dernier temps doit sonner plus fort que le dernier. et ça doit s'entendre. et ne surtout pas faire le contraire.
- milsabords ; bourreau des cœurs d'artichauts.
- scénariste à mes heures perdues.
- pci
- P4 irrémédiable
- inventeur du pétadou
- D0 - 40
- chasseur de spaghettis
- compositeur-récepteur.
- Flingueur de PN

buvez Cacolac

Philthai
Messages : 382
Inscription : ven. 21 octobre 2016, 12:35
Localisation : Bangkok

Re: Comment abordez-vous les rythmes complexes (Tango en Skaï)

Message par Philthai » ven. 14 septembre 2018, 06:55

Quand on a entendu une de vos compositions (je pense au "dernier tango" qui m'a bluffé, j'espère bien qu'il y en aura d'autres et qu'il ne sera pas le dernier), j'imagine parfaitement que vous pouvez approcher cette merveilleuse musique à l'intuition, en vivant le rythme comme vous l'écrivez. J'ai toujours eu une grande admiration pour les musiciens qui peuvent aborder la musique de cette manière, et il y a en de célèbres, mais j'en suis malheureusement incapable. Peut-être dans quelques années ? Entre temps, j'essaye de m'appliquer au mieux...
Kohno Sakurai R Concert 2015 épicéa, Chantaguitar 2018 cèdre

Avatar de l’utilisateur
milsabords
Messages : 11305
Inscription : dim. 17 octobre 2010, 20:07
Localisation : Gaganov

Re: Comment abordez-vous les rythmes complexes (Tango en Skaï)

Message par milsabords » ven. 14 septembre 2018, 08:14

évidemment si vous avez été formé de maniére "classique" , il se peut que vous mîtes du temps à vous émanciper des repères tels que la partition. mais en commençant par des airs simples d'abord , vous y arriverez ensuite avec des airs plus compliqués.

content que le "dernier tango" vous ait bluffé. c'est une pièce assez complexe et pas évidente à jouer pour moi. ce qui est cocasse c'est que certains éditeurs publient des études plutôt pédagogiques et des compositions également , et qu'ils se refusent à s'interesser à des pièces comme ce tango , qui fait pourtant mouche à chaque fois. intuitivement j'en connais la valeur , mais cela ne suffit pas à la propager. C'est le destin mon bon monsieur ...
disons que si un jour je joue à côté de quelqu'un de reconnu (par hasard ) , ou enregistre juste un truc avec quelqu'un de reconnu dans le milieu , le cran d'obscurité sautera de lui même. C'est le destin mon bon monsieur ! - me répètera-t'on à nouveau - Les voies de l'éditions sont très tortueuses , pour ne pas dire autre chose. Rien de grave , ce sont les affaires du monde en voie de décomposition.
- milsabords ; bourreau des cœurs d'artichauts.
- scénariste à mes heures perdues.
- pci
- P4 irrémédiable
- inventeur du pétadou
- D0 - 40
- chasseur de spaghettis
- compositeur-récepteur.
- Flingueur de PN

buvez Cacolac

Alain Millet

Re: Comment abordez-vous les rythmes complexes (Tango en Skaï)

Message par Alain Millet » ven. 14 septembre 2018, 08:30

On ne peut pas faire plus "métronomique" que d'écouter les rythmes complexes joués par un logiciel comme MuseSCore. C'est radical, on est tout de suite fixé. Inconvénient ; si on ne la trouve pas sur le net, il faut la saisir soi-même et normalement tu ne devrais rien trouvé de Roland Dyens.

Ensuite on s'en libère très vite (l'écoute par un logiciel est tellement moche que l'on ne s'y attarde pas), en l'interprétant sans bourde rythmique. Faire vivre la musique comme le dit Milsabords en y ajoutant la part de son âme qu'on y mettra.

Quand on écoute d'autres guitaristes on ne fait pas toujours précisément la différence entre interprétation et œuvre écrite.

Avatar de l’utilisateur
Bernard Corneloup
Modérateur en chef
Messages : 12796
Inscription : lun. 31 août 2009, 16:41
Localisation : Lyon

Re: Comment abordez-vous les rythmes complexes (Tango en Skaï)

Message par Bernard Corneloup » ven. 14 septembre 2018, 10:56

Je dirais qu'avant tout il ne faut pas oublier que c'est un tango, être familier de ce style, avoir le rythme dans l'oreille, si possible l'interne plutôt que l'externe, l'avoir en soi, et ne jamais le perdre de vue en jouant.
Comme toutes les musiques populaires (je ne sais pas s'il y aurait des exceptions) il y a toujours une rythme qui est au dessus du reste, qui mène la marche et qui ne doit pas s'oublier. En classique on dit la pulsation.
Donc, c'est bien de décomposer le rythme, de repérer ce qui se joue avant ou après le temps, d'identifier les figures rythmiques caractéristiques, mais avant tout ne pas oublier les points d'appui qui font le style. Quoi qu'on fasse on doit retomber dessus. C'est que dit en substance Millsabords, il me semble.
L'homme qui n'a pas de musique en lui et qui n'est pas ému par le concert des sons harmonieux est propre aux trahisons, aux stratagèmes et aux rapines (William Shakespeare, Le marchand de Venise) | élève du cours en ligne D07

Revenir à « La difficulté des oeuvres pour guitare classique »