Les limites techniques de la guitare classique

Roland Dyens dialoguait avec les membres du forum en Novembre 2010.
Règles du forum
Image

Roland Dyens dialoguait avec les membres du forum en Novembre 2010. Les discussions auxquelles Roland a participé sont maintenant verrouillées, parce que Roland n'est pas là pour y participer.
NewModder

Les limites techniques de la guitare classique

Message par NewModder » sam. 06 novembre 2010, 13:37

Bonjour,

c'est une question, je crois, qui nous tient à presque tous à cœur.
Je diviserai ma question en plusieurs points, que j'espère avoir fait assez concis :

a) Crois-tu que nos six cordes et nos 3 octaves et demi aient atteint leurs limites ?

b) Penses-tu qu'il serait nécessaire de changer la technique moderne telle qu'on la connait ?

c) Que penses-tu du contrepoint dans la guitare ? Pour toi, est-ce futile, infantile d'écrire des préludes et fugues pour notre instrument ? Ou, au contraire, crois-tu que c'est un aspect de la guitare trop peu exploité ?


(désolé pour le tutoiement s'il est déplacé, il n'est en tout cas absolument pas là par manque de respect, mais la convention est que sur les forums.. bref.)

Merci (:

(Technical limitations of the classical guitar:

a) Do you believe that our six strings and our three and a half octaves have reached their limits?

b) Do you think that it is necessary to change the modern technique as we know it?

c) What do you think of counterpoint on the guitar? Do you think it's futile, infantile, to write preludes and fugues for our instrument? Or, on the contrary, do you think it's an aspect of the guitar which is too little exploited?

Roland Dyens

Re: Les limites techniques de la guitare classique

Message par Roland Dyens » lun. 22 novembre 2010, 11:04

NewModder a écrit :Bonjour,
Bonjour,

c'est une question, je crois, qui nous tient à presque tous à cœur.
Je diviserai ma question en plusieurs points, que j'espère avoir fait assez concis :

a) Crois-tu que nos six cordes et nos 3 octaves et demi aient atteint leurs limites ?
Mille fois oui et cent mille fois non en fait. Pourquoi croyez-vous que je compose encore ? Parce que rien n'est d'avantage "jouissif" que la limite et la contrainte, justement. Et cela est extensible à toute forme d'art en général me semble-t-il. Imaginez-vous l'ennui mortel que serait une guitare de 6 octaves et demi avec direction assistée et sustain automatique ? Les limites se repoussent mon ami, et c'est bien cela qui est beau. Et la guitare, notre guitare, se prête parfaitement à ce jeu de l'illusion. Encore faut-il savoir être un peu magicien pour que cela marche :P

b) Penses-tu qu'il serait nécessaire de changer la technique moderne telle qu'on la connait ?
:?: :?: :?: :?: :?:

c) Que penses-tu du contrepoint dans la guitare ? Pour toi, est-ce futile, infantile d'écrire des préludes et fugues pour notre instrument ? Ou, au contraire, crois-tu que c'est un aspect de la guitare trop peu exploité ?

Infantile ? What "infantile" ? Et pourquoi le "contrepoint" serait-il l'apanage du seul piano ? Il est vrai que le contrepoint au sens où nous, guitaristes (moi en tout cas), l'entendons est presque plus "conoté" couleurs et timbres que concept d'horizontalité en terme d'écriture.

e) Concernant la projection et le volume sonore, es-tu partisan de ces guitares australiennes montées avec des cordes carbone ?

Les guitares que vous évoquez sont, à mes yeux, aux guitares "traditionnelles" ce que le four à micro ondes est au four au feu de bois en fait. Je n'ai rien contre les fours à micro ondes, non, juste un peu marre de cette de cette course absurde à laquelle certains luthiers se livrent, encouragés qu'ils sont par des guitaristes assoiffés d'être "entendu" au dernier rang et sans amplification. Mais quand va-t-on enfin comprendre que c'est l'intimisme de la guitare qui en fait sa puissance ?
Car là est la vraie force de la guitare, et pas cette vielle lune de puissance (que ce mot est bêta d'ailleurs, Oh My God !)


Tu ne sembles pas avoir de problème à t'amplifier en concert ?

Je n'ai aucun problème ni aucun a priori par rapport à cela, c'est juste.
Si le devoir d'amplification est évitable, alors tant mieux. Cela signifie alors que l'acoustique du lieu aime la guitare, c'est parfait (c'est presque toujours le cas aux USA d'ailleurs).
Si ce n'est pas le cas, alors je rappelle que les systèmes d'amplification d'aujourd'hui sont plus fidèles que jamais à ce son que je qualifie plus haut de "feu de bois" . En fait il n'y a strictement aucun problème objectif en l'espèce et tout va bien sous le soleil à ce sujet.
Amicalement :bye: .

Roland Dyens

English translation:
a) Do you believe that our six strings and our three and a half octaves have reached their limits?

A thousand times yes and one hundred thousand times no, in fact. Why do you think I am still composing? Because actually nothing is more "enjoyable" than limit and constraint. And that is applicable generally to any artform, I believe. Can you imagine the mortal tedium of a guitar of 6 and a half octaves with assisted steering and automatic sustain? Limits repel each other, my friend, and this is it what is beautiful about them. And the guitar, our guitar, lends itself perfectly to this game of illusion. Furthermore you need to know how to be a bit of a magician to make it work.:P

c) What do you think of counterpoint on the guitar? Do you think it's futile, infantile, to write preludes and fugues for our instrument? Or, on the contrary, do you think it's an aspect of the guitar which is too little exploited?

Infantile? What do you mean, "infantile"? And why should "counterpoint" be only the prerogative of the piano? It is true that counterpoint in the sense that we guitarists (or at least I) use it, has almost more the "connotation" of colours and timbres than the concept of horizontality in terms of writing.

e) On the subject of projection and sound volume, do you favour those Australian guitars fitted with carbon strings?

The guitars you mention are, in my eyes, to "traditional" guitars what the microwave oven is to the woodburning stove. I have nothing against microwaves, no, I'm just a bit tired of this absurd race that some luthiers are engaged in, encouraged as they are by guitarists hungry to be "heard" in the last row and without amplification. But when will people finally understand that it is the intimacy of the guitar which is its power?
Because that is the real strength of the guitar, not that old chestnut of "power" (how idiotic the word is anyway, Oh My God!)

- You don't seem to have any problem with amplification in concerts?

I have no problem and no "a priori" in that respect, it's true.
If the need for amplification is avoidable, then so much the better. That means that the acoustics of the venue are sympathetic to the guitar, which is perfect (that's almost always the case in the U.S. anyway).
If this is not the case, then I remember that amplification systems today are more faithful than ever to the sound that I describe above as the "woodburning stove". In fact there is absolutely no problem here and all is well under the sun on that point.

Revenir à « Roland Dyens sur Delcamp.fr »