Da Milano, Francesco - Fantasia n. 6 - Luth

Nos enregistrements d'oeuvres de la renaissance à la période baroque, soit de 1500 à 1760 (Le Roy, Dowland, Sanz, Weiss).
Règles du forum
III Nos MP3, OGG, WMV, Vidéo et MOV, droits d'auteur.
Respectez nos conventions pour le titre de votre message
Pour permettre la recherche par tri alphabétique des MP3, partitions et vidéos, donnez un titre à votre message en respectant ce modèle :
Nom du compositeur, Prénom du compositeur - Opus Numéro et Titre de l’oeuvre - Indication de niveau - Formation (Duo, Trio ...)
Le signe - suit le ou les prénoms du compositeur :
exemple: Carcassi, Matteo - op.60/03 Etude - D05

Nous publions ici nos enregistrements pour guitare classique. Les enregistrements ne respectant pas le droit d’auteur sont supprimés.
Avatar de l’utilisateur
Joan
Messages : 484
Inscription : jeu. 29 septembre 2016, 11:39

Re: Da Milano, F - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Joan » dim. 13 novembre 2016, 11:53

Valéry Sauvage a écrit :
Joan a écrit : mais trop plein d'entrain
Ah bon ? En quoi on ne devrait pas jouer da Milano avec entrain ? moi j'aime bien.
Pour le contrepoint je laisse les auditeurs juges. Nous avons effectivement tous une marge de progression et c'est tant mieux. :wink:
J'espère que vous ne l'avez pas offensé. Mais je regardais la partie de l'imagination de 31 de Milan, Comme je l'ai écouté votre enregistrement, je chante les éléments un par un, et, malheureusement, je dois vous dire que dans votre interprétation des articles ne prennent pas la bonne valeur.
Je pense que le Canova va également joué joyeux, mais pas toutes les chansons, ce certainement pas.
Cordialement Joan :okok:

Avatar de l’utilisateur
Isabelle Frizac
Modératrice
Messages : 21901
Inscription : sam. 18 février 2012, 23:55

Re: Da Milano, F - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Isabelle Frizac » dim. 13 novembre 2016, 11:54

J' ai personnellement écouté en concert Rolf Lislevand et Hopkinson Smith, les frères Assad , Roland Dyens, Gérard Abiton, et bien d'autres encore, et aucun n' avaient besoin d' effets spéciaux pour se faire entendre ... :casque:

Hormis Carles Trepat, avec un micro et un ampli discret pour que sa Torres soit audible par tout le public, mais pas d' effets spéciaux rajoutés.

Sur le site de la SFL, on peut écouter les concerts de musique ancienne donnés lors des journées du luth, et je peux assurer qu' aucun effet, réverbération ou autre n' a été rajouté à l' enregistrement ( fait par un Zoom H2, en plus) .
Qui s' y frotte s' y pique ( devise lorraine).
Que trépasse si je faiblis !
Gardez espoir .
Guitare Bastien Burlot numéro1 Spéciale anniversaire(2014)
Pappalardo à cordier(1982) et quelques autres ...

Avatar de l’utilisateur
Joan
Messages : 484
Inscription : jeu. 29 septembre 2016, 11:39

Re: Da Milano F, - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Joan » dim. 13 novembre 2016, 12:11

Isabelle Frizac a écrit :J' ai personnellement écouté en concert Rolf Lislevand et Hopkinson Smith, les frères Assad , Roland Dyens, Gérard Abiton, et bien d'autres encore, et aucun n' avaient besoin d' effets spéciaux pour se faire entendre ... :casque:

Hormis Carles Trepat, avec un micro et un ampli discret pour que sa Torres soit audible par tout le public, mais pas d' effets spéciaux rajoutés.

Sur le site de la SFL, on peut écouter les concerts de musique ancienne donnés lors des journées du luth, et je peux assurer qu' aucun effet, réverbération ou autre n' a été rajouté à l' enregistrement ( fait par un Zoom H2, en plus) .
Son pour enregistrer ce qui utilise? Vous devez utiliser quelque chose de décent pour être entendu. Le zom je pense est un bon enregistreur, tout simplement pas abuser de sa technologie!


Eh bien, si et pourquoi moi aussi dans ces années, je l'ai entendu dire beaucoup de guitaristes, et presque tous miked et amplifié pour être effrayant de J. Williams, J.Falù, Dylla, un certain nombre de guitaristes japonais et chinois à un niveau effrayant.

Villa-Lobos: Concerto pour guitare et petit orchestre, Roland Dyens, que peut penser que le faible bruit de Dyens peut coexister avec ce concert sans l'utilisation de l'amplification.
Il est bien connu que la fin des Dyens pas eu un grand bruit à d'autres artistes.
Dyens était "R.I.P" :( un grand musicien et un grand guitariste, mais aussi il a dû sottometersi l'amplification de la loi quand il a dû jouer avec orchestre.
Il ne serait jamais potutto faire la comparaison avec un «orchestre amplification Seza.
Vous entendez ce concert sur Yutube de réaliser un outil Dyans a été mélangé, avec d'excellents résultats.
Dans ma vie, je l'ai suivi de nombreux maîtres, même par des artistes nommés ci-dessus, je l'ai vu que vraiment le son que j'ai deux mètres de ma personne n'est pas le même son que puis dans les enregistrements de CD.
Je peux parler de J. Williams, Tomas, Assad, M. Laura, M.Lonardi, C. Barone, D, Ficco, J.Falù, Dylla, M.De Santis Et sûrement le meilleur de tous Stefano Grondona.
Comme vous pouvez le voir, ils sont très bien un guitariste classique qu'un luthiste, le luth a toujours été ma passion, mais je viens toujours étudié en autodidacte même si je reçu une formation de Maesto Massimo Lonardi de prendre la base technique.

Maintenant, l'argument devient trop compliqué et certainement au mauvais endroit.
Il serait intéressant d'ouvrir un nouveau sujet, "l'amplification ou l'amplification est-ce pas?"
Certes, à partir de maintenant je vais enregistrer sans réverbération, mais avec le son pur de l'instrument.
Joan :okok:

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1074
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Da Milano F, - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Roger Traversac » dim. 13 novembre 2016, 13:56

Bravo, d'abord ! C'est bien dans l'ensemble. Bien sûr, vous pouvez aller plus loin ... Oui, il y a effectivement un léger "piquage " que je prends plus comme une caractéristique admissible dans une fantaisie - que l'on mène à sa guise, avec ou sans " Soeur Yse " ou "Framboise " - Ref/ Jean Rochefort ... - que comme un défaut. Il y a des lustres j'ai joué cela, la 28, la " 4X7 " en ayant en tête surtout la version "moderne " phénoménale du grand Julian Bream. Après j'ai particulièrement apprécié d'autres versions à commencer par celle de Walter Gerwig. Pascale Boquet a un exposé très poussé et hyper intéressant sur le plan analyse musicale, excellent, sur cette pièce ; elle recommande par endroits des moyens (contrôlés, bien sûr) pour sortir judicieusement du " carcan du rythme " à l'intérieur de mesures dont les durées sont scrupuleusement respectées. Personnellement j'utilise généralement i Movie sur mon Mac avec un réglage de base qui est excellent. En cas de faiblesse des graves, je mets très rarement les graves en avant. Je n'utilise pratiquement jamais les multiples autres réglages proposés. Disons que " qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son " comme le dit le fameux proverbe. Autrement dit, il faut avoir des opinions diverses pour conforter la sienne, se faire la sienne.
Bon, il me faut quand même autant que possible choisir ici, pour ou contre la " réverbération " : Je préfère la seconde version sans réverb' mais la première n'est pas mal du tout. Je connais des musiciens qui utilisent sans vergogne la réverbération et on un immense succès. Oui, c'est sûr, des techniciens règlent de diverses manières le son pour des CDs.Voilà, je n' ai pas " jeté ma langue au chien " comme disait Madame de Sévigné dans un français parfait, châtié ( " donner sa langue au chat ", c'était du mauvais français à l'époque).
Bonne maturation après ce premier jet très prometteur de cette merveilleuse pièce qui mérite d'être revue au fil des années avec la bienveillance des " Parques " (fileuses qui mesurent notre vie) !
Commentaire de la 28 sur un 33 tours de Julian Bream repris en rare CD :
" Fantasia VI " (la 4X7, la " 28 ") : Irrésistiblement gaie avec ses rythmes syncopés, cette fantaisie évoque sans nul doute, les contrées transalpines. Les
stretti s'y pressent et s' entrecroisent, comme la foule grouillante d'un marché populaire. "
Tom Eastwood - Texte français : Françoise Knaeps
Amicalement vôtre,
Roger
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Joan
Messages : 484
Inscription : jeu. 29 septembre 2016, 11:39

Re: Da Milano F, - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Joan » dim. 13 novembre 2016, 14:19

Merci Roger, un record pour Breem et vraiment fantastique, mais rappelez-vous qu'il a utilisé une technique de guitare classique sur un luth.
Habituellement, je ne l'écoute des enregistrements du grand avant de jouer la chanson, il ne sera pas influencée par leur personnalité, avec le risque de devenir une mauvaise copie.
Je préfère être une mauvaise copie de moi-même, mais d'une manière originale et non influencé par les autres.
Ce fantasie que tous les autres ont besoin de plusieurs années d'études, le temps vient à échéance l'interprétation et de la sagesse pour faire face à plus et mieux ces chefs-d'œuvre de Canova.
Certainement le plus difficile, mais la chose la plus intéressante est de travailler sur le contrepoint.
De retour à la réverbération, reverb comme moi, je me sens le son plus puissant plus dynamique, même si vraiment le son du luth doit être aussi légère comme une plume, et donc avec un son naturel. :D

Joan :okok:

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1074
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Da Milano F, - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Roger Traversac » dim. 13 novembre 2016, 15:49

Oui Joan, merci bien. C'est cela. Voici un commentaire intéressant ancien (11/1978) du regretté Walter Gerwig " Le luth en Italie " dans lequel il interprète la fantaisie 28 de Francesco da Milano :
" ... Joué par le maître incontesté de la nouvelle Renaissance du luth. Le vrai climat de cette musique intime où l'art est caché par l'art même ...
Cet enregistrement est à l'opposé de certains récitals de luth, très brillants, certes, mais dont les interprètes sont souvent encore trop imprégnés
de techniques de la guitare. " Instruments de musique de la Renaissance ( Le luth l'instrument roi du XVI ème siècle. Un instrument parfait) Pierre Dumoulin L'Estampille N° 103.
De plus , je crois qu' à écouter des enregistrements de Grands Maîtres, on se met en mémoire des sons qui n' existent pas. Ainsi j'ai souvent en mémoire des sons arpégés qui sont en réalité plaqués.
Excellente continuation,

Roger
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Cadiz
Messages : 2414
Inscription : mar. 27 novembre 2007, 13:57
Localisation : Loire-Atlantique

Re: Da Milano F, - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Cadiz » dim. 13 novembre 2016, 23:20

Sur quel instrument jouez-vous cette pièce?

Avatar de l’utilisateur
Joan
Messages : 484
Inscription : jeu. 29 septembre 2016, 11:39

Re: Da Milano F, - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Joan » dim. 13 novembre 2016, 23:26

Cadiz a écrit :Sur quel instrument jouez-vous cette pièce?
Comment est-ce que vous êtes tellement intéressé par mon outil, vous voulez acheter? 10.000 € est le vôtre et d'excellente facture italienne "Cremonese"
Joan :D

Avatar de l’utilisateur
Cadiz
Messages : 2414
Inscription : mar. 27 novembre 2007, 13:57
Localisation : Loire-Atlantique

Re: Da Milano F, - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Cadiz » dim. 13 novembre 2016, 23:30

Décidément, je ne comprends absolument rien à ce que vous dites, et en plus, vous êtes totalement à côté de la plaque, désolé de vous le dire.

Avatar de l’utilisateur
Joan
Messages : 484
Inscription : jeu. 29 septembre 2016, 11:39

Re: Da Milano F, - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Joan » dim. 13 novembre 2016, 23:35

Cadiz a écrit :Décidément, je ne comprends absolument rien à ce que vous dites, et en plus, vous êtes totalement à côté de la plaque, désolé de vous le dire.
Oubliez ça, bonsoir Joan.
Dernière modification par Joan le dim. 13 novembre 2016, 23:39, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Cadiz
Messages : 2414
Inscription : mar. 27 novembre 2007, 13:57
Localisation : Loire-Atlantique

Re: Da Milano F, - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Cadiz » dim. 13 novembre 2016, 23:38

Je répète, la question est pourtant simplissime: quel est l'instrument utilisé?

Avatar de l’utilisateur
Joan
Messages : 484
Inscription : jeu. 29 septembre 2016, 11:39

Re: Da Milano F, - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Joan » dim. 13 novembre 2016, 23:54

Cadiz a écrit :Je répète, la question est pourtant simplissime: quel est l'instrument utilisé?
Luthier Giovanni Falchino RIP, Cremonese, copie originale d'une Renaissance Lute Milanese, A 9 Listes de l'érable et de palissandre, 9 touches à égalité à demi-pas, 6 cordes simples parce que les chœurs sont seulement double dans le huitième et dans les mots de Canova étaient d'aucune utilité , mais si nécessaire peut être mis.
Cordes entièrement à la main de l'intestin Monferrato comme la tradition ancienne, rasé Touche ébène à la table sans embellissement inlay, juste un beau trou ciselé de rosette et copiés à partir de dessins anciens de ebanesteria Alessandro Piacentini.
L'instrument et bien exécuté et joue divinement bien, dans mes mains est définitivement perdu étant autodidacte.
  Design au Musée de la collecte INSTRUMENTS Ancient Castello Sforzesco à Milan "
Valorisez € 7000. Il y a quelques jours à un concert on m'a proposé € 10,000 pour ce luth. La valeur est considérablement augmentée après la disparition du Luthier.
J'espère être utile.
Joan
Dernière modification par Joan le lun. 14 novembre 2016, 00:03, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Cadiz
Messages : 2414
Inscription : mar. 27 novembre 2007, 13:57
Localisation : Loire-Atlantique

Re: Da Milano F, - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Cadiz » lun. 14 novembre 2016, 00:00

Clair, pas vraiment, non.
Un luth à cordes simples? Je me disais aussi: je n'entendais pas un luth sur cette fantasia ! (je comprends mieux maintenant)
Une photo de l'instrument peut-être? (ou/et de "Luthier Giovanni Falchino RIP, Cremonese, copie originale d'une Renaissance Lute Milanese")

Avatar de l’utilisateur
Joan
Messages : 484
Inscription : jeu. 29 septembre 2016, 11:39

Re: Da Milano F, - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Joan » lun. 14 novembre 2016, 00:06

Il suffit de prendre un luth des six chœurs, enlever les doubles cordes et le résultat est un luth à six cordes simples.
Le résultat? Voyage comme l'éclair!
Plus clair que cela!
Joan

Avatar de l’utilisateur
Cadiz
Messages : 2414
Inscription : mar. 27 novembre 2007, 13:57
Localisation : Loire-Atlantique

Re: Da Milano F, - Fantasia n. 6 - Luth

Message par Cadiz » lun. 14 novembre 2016, 00:09

Et pourquoi donc enlever les doubles cordes à un luth?

"Le résultat? Voyage comme l'éclair!" :?:

Que faut-il comprendre ici au juste? :?

Revenir à « Audio et Video de musique ancienne »