Wie mag es in der Karten sein ? Hans Gerle/Wilhelm Breitengra(s)er

Instruments anciens, luths, théorbe, vihuela, guitare renaissance et guitare baroque.
Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1063
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Wie mag es in der Karten sein ? Hans Gerle/Wilhelm Breitengra(s)er

Message par Roger Traversac » dim. 01 septembre 2019, 17:45

Cette chanson à plusieurs voix adaptée au luth en version vraisemblablement plus simple que l'original (son auteur le compositeur Allemand Whilhelm Breitengras(s)er composait très souvent pour 5 voix) d'Hans Gerle est méconnue. San doute à cause de la tablature allemande si rarement transcrite.
J'ai eu un " coup de foudre " (qui dure toujours) par le passé ... au point d'enregistrer et diffuser cela sur Youtube. Impression de jeunesse que je ne renie pas mais qui reste à creuser, à améliorer ...
N'ayant pas trouvé les paroles qui doivent être accessibles j'ai trouvé qu'il pouvait (pas certain) s'agir de l'évocation d'une carte de genre de Tarot de chiromancie, divinatoire qui existait bien à cette époque. Auquel cas, on pourrait comprendre " Comment cela est' il dans la carte (les cartes) ? " autrement dit " Comment la carte (les cartes) peut' elle signifier cela ?. L'expression française commune " Comment peut' on le lire dans les cartes ? "
On trouve effectivement d'étonnantes cartes à jouer contemporaines se prêtant à ce sens. Et bien sûr, on en trouve toujours à notre époque.

Je joins le lien gratuit pour la tablature d'origine :
https://digital.staatsbibliothek-berlin ... 013&DMDID=
C'est page 27. publié en 1533 au folio 26 v Tabulatur auf die Laudten
La lecture du texte est de Richard Darsie (Tree Edition Münich) j'y ai ajouté le point d'interrogation qu'il avait omis et qui est bien là.
On lit : " Wie mag es in d' farten sein ? ". Ce " f " gothique est' il bien un " k " ? Oui, c'est plausible ! Vérifié. On trouve bien sûr la tireuse de cartes ... et la cartomancie en allemand gothique. Der Karten est le génitif singulier de die Karte.
Curieusement l'air suivant semble signifier " Comme le veut la chance, le bonheur " ( " Wie das Glück wil(l) ").Et le précédent " Gluck/Ehr und gut "
Bonne chance d'honneur ... ou plutôt un pur effet du hasard ( " auf gut Glück "). Bref ces trois chansons pourraient toutes êtres avec un thème général commun.

Lien en anglais sur Wilhelm Breitengraser :
https://www.oxfordmusiconline.com/grove ... 0000003919

Lien sur Hans Gerle :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Hans_Gerle

Je joins la transcription en tablature française de ma main. La basse grave tout à la fin
Tab.jpg
du dernier accord entre parenthèses sur le septième choeur (Fa grave) est un ajout personnel facultatif.
Je pense que cela mérite d'être transcrit et joué à la guitare classique en plus du luth renaissance et j'espère que certains seront intéressés.
Remerciements aux sites cités et surtout à Richard Darsie qui est sans doute premier qui a fait sortir ce petit bijou (comme toutes les exceptions, il prend un x au pluriel) de l'ombre dans une belle publication Tree Edition München German Renaissance Lute Music Volume I Hans Gerle
A vous lire ... En ce premier jour de Septembre ... Bien amicalement
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1063
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Wie mag es in der Karten sein ? Hans Gerle/Wilhelm Breitengra(s)er

Message par Roger Traversac » dim. 01 septembre 2019, 22:40

Voici le lien pour la modeste vidéo de déchiffrage basique correspondante que je donne afin de mieux faire comprendre la lecture de la tablature et faire je l'espère des émules pour la transcription à la guitare et l'interprétation de cette pièce qui serait une bonne " Carte Blanche " à jouer, non ?viewtopic.php?f=98&t=43377
A vous lire, chers amis.
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1063
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Wie mag es in der Karten sein ? Hans Gerle/Wilhelm Breitengra(s)er

Message par Roger Traversac » lun. 02 septembre 2019, 09:31

Cela peut aider ... Voici l'original joint (du site de référence que l'on remercie). Il y
Original Wie mag es.jpg
a de superbes illustrations dans ce livre !
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1063
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Wie mag es in der Karten sein ? Hans Gerle/Wilhelm Breitengra(s)er

Message par Roger Traversac » mar. 03 septembre 2019, 14:05

Capture d’écran 2019-09-03 à 14.03.21.png
Je joins le titre original dans le " Register "
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1063
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Wie mag es in der Karten sein ? Hans Gerle/Wilhelm Breitengra(s)er

Message par Roger Traversac » mar. 03 septembre 2019, 14:07

En traduction on trouve " Et les cartes ? " qui ne me paraît pas être bien pour une phrase de sept mots.
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1063
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Wie mag es in der Karten sein ? Hans Gerle/Wilhelm Breitengra(s)er

Message par Roger Traversac » mar. 03 septembre 2019, 14:12

La pièce d'avant " Glück eer und gut " anonyme est plus courte et plus facile à jouer. Elle mérite une étude plus aisée pour le suivi des voix.
Enfin, j'ai été agréablement surpris par la facilité à interpréter " Hors de plaisir " du fameux Richafort/Ricaforte (Gerle 1546, folio P2r) dont certaines merveilleuses pièces sont extrêmement difficiles à bien jouer.
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Revenir à « Luths, guitare baroque et renaissance »